La fille de braises et de ronces, tome 1 – plus de cendres que de braises

Genre : Fantasy, Young-adult

Editeur : Robert Laffont

Résumé :

Princesse d’Orovalle, Elisa est l’unique gardienne de la Pierre Sacrée. Bien qu’elle porte le joyau à son nombril, signe qu’elle a été choisie pour une destinée hors normes, Elisa a déçu les attentes de son peuple, qui ne voit en elle qu’une jeune fille paresseuse, inutile et enveloppée…

Le jour de ses seize ans, son père la marie à un souverain de vingt ans son aîné. Elisa commence alors une nouvelle existence loin des siens, dans un royaume de dunes menacé par un ennemi sanguinaire prêt à tout pour s’emparer de sa Pierre Sacrée.

Délaissée, humiliée, la princesse devra s’affirmer au milieu des intrigues de la cour, du grondement d’une guerre inévitable et des mirages de l’amour.

Il lui faudra puiser en elle le courage nécessaire à sa survie et à celle de son peuple. Accepter enfin d’être l’Élue de son propre destin…

Mon ressenti :

Je dois l’avouer, c’est la couverture que je trouve superbe qui m’a poussé à rapidement lire ce livre.

Hélas, la rencontre entre moi et ce récit n’a pas du tout eu lieu.

Mon titre vous a peut-être mis sur la bonne voie : j’ai trouvé ce premier tome calme comme les cendres, alors que je m’attendais à être tout feu tout flamme.

Le personnage principal ne m’a pas plu plus que ça.

J’ai aimé qu’elle soit une anti-héroïne, un peu à l’image d’Ophélie de La passe miroir (ici). Elle est loin des canons de beauté, elle est grosse, pas spécialement belle ni sûr d’elle. Elle représente le type de fille qui permet à de nombreuses lectrices de se retrouver. Elle aime les pâtisseries et la nourriture en général, on aurait donc pu parfaitement s’entendre.

Le soucis est dans son caractère. Son manque de confiance en elle est une touche de plus à son côté anti-héros, le problème est que trop de passages font état de combien elle se déprécie. Cela peut sembler plus réaliste pour certains, mais moi je l’ai vécu comme des longueurs.

Son cœur d’artichaud aussi aura eu raison d’un possible attachement envers elle. Elle connait à peine son époux qu’elle développe des sentiments plus ou moins amoureux pour lui.

Je trouve ça fort peu crédible, surtout que le personnage d’Alejandro est très superficiel : lâche, loin de maitriser les arts du combat ou de la politique, infidèle car déjà amoureux d’une autre femme plus splendide qu’Elisa mais gourmand quand-même envers sa personne lorsqu’elle perd du poids, rien ne permettait de saisir pourquoi elle a été séduite par lui.

Princesse de 16 ans mariée à plus âgé qu’elle, détentrice de la pierre sacrée à son nombril, Elisa va se faire enlever et va vivre une grande partie du livre dans le désert, où elle rencontrera des rebelles, des combattants et les personnages les plus intéressants de l’histoire.

Etonnamment, ce sont les personnages secondaires que j’ai apprécié et que j’ai trouvé les mieux creusés et les plus intéressants. Ils ne sont pas forcément incroyables, mais leur histoire est expliquée et exploitée, leur lutte compréhensible et leur caractère qu’il soit conciliant ou brûlant, leur correspond et permet de les apprécier autant que faire se peut.

Cette pierre sacrée est à la fois un cadeau du destin et bon moyen d’avoir un pied dans la tombe. Il est connu que toute source de pouvoirs ramène des envieux et des gens malintentionnés qui ne se soucient que très peu de l’être humain portant la pierre, s’intéressant uniquement à elle et n’hésitant pas à l’arracher de la chair du porteur s’il le faut, quitte à le tuer.

De ce fait, Elisa va vivre des péripéties qui vont lui permettre de grandir mentalement, de changer physiquement et vont la transformer progressivement en leader sur lequel on peut compter.

Elle ne devient pas pour autant quelqu’un de badass. Mais elle est loin de la princesse égoïste et gâtée du début. Son évolution est d’ailleurs ce que j’ai le plus apprécié dans le récit, ainsi qu’une petite surprise dans l’histoire.

Mais c’est hélas tout. Le rythme lent, les descriptions à rallonge, les longueurs, le manque d’action une énorme partie du roman ne m’a pas permis d’apprécier pleinement ce roman et j’avoue le regretter.

Un peu comme Le faiseur de rêves (ici), il n’y avait pas assez d’événements pour maintenir mon attention éveillée et j’ai eu du mal à terminer le livre.

La majorité de l’histoire m’a paru plate.

Affinités :

Ma subjectivité a pris le pas sur cette lecture puisque même si je reconnais les qualités de l’œuvre, je n’y ai pas accroché.

Je trouve l’histoire « convenue », c’est-à-dire qu’elle a ce qu’il faut pour plaire, une bonne construction, un bon développement, des points cohérents et les ingrédients du young-adult de fantasy censés plaire, mais il n’y avait aucune étincelle pour m’y faire accrocher.

De ce fait, si cet univers riche, le désert pour décor, les prophéties, et la magie sont des points qui vous bottent bien et que vous n’avez rien contre les intrigues assez convenues et le manque d’imprévision, tentez !

Cette anti-héroïne que le Destin a choisi, les mythes et les légendes de cette histoire pourrait vous faire accrocher car le fond de l’histoire concernant les pierres est plaisant.

Ma note : 12,5/20

9 réflexions sur « La fille de braises et de ronces, tome 1 – plus de cendres que de braises »

  1. Dommage la couverture est sublime ! Mais rien que le fait qu’il suffise que l’héroïne perde du poids pour attirer les attentions de son époux, ça m’agace…. Et le tout semble assez immature. Merci de m’avoir épargné une lecture 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Oui ! mais pas du tout en rapport avec la grosseur de l’héroïne. Je m’en fiche un peu, je suis pas tatillon sur ça mais ça porte à faux vu qu’elle est grosse et la couverture montre une fille dans les canons de beauté

      Aimé par 1 personne

      1. Oui, j’ai relevé ça, en effet… Mais bon… Que veux-tu ?! Même si ça paraît plus futile, je me suis posé la question sur le roman Les chats ne rient pas : sur la couv’ le chat est noir et blanc… Dans le livre, il est roux. Bon, c’est déjà pas la même chose que pour l’héroïne de ce roman mais sur le principe, je trouve ça agaçant.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.