Lune ardente, tome 1 : Crépuscule – Quand la lune et le soleil s’affrontent

Depuis la nuit des temps, les Sombre-Lune et les Sang-de-Soleil sont des peuples ennemis.

Les premiers, adulateurs de la Lune, vivent en Tsagaan, pays de glace et de neiges éternelles.

Les seconds, adorateurs du Soleil, règnent en Ulaan, royaume de sable et de luxure.

Sur le point de perdre la guerre, Sioban Calypsa, princesse Tsagaan, pactise avec le roi Callaghan Huxley, son ennemi.

Elle épousera son fils ainé, renoncera à son héritage de la Lune et deviendra une princesse bâtarde en embrassant la nation du Soleil pour protéger les siens.

Si la haine des princes héritiers à l’égard des Sombre-Lune, ne souffre d’aucune limite, le Soleil semble pourtant perdre de son influence sur ses enfants…

Mon ressenti :

Il y a des livres qui commencent à vous séduire dès la couverture, et par la suite, le contenu vous met dans la poche pour de bon ou non. J’aurai souhaité aimer autant le fond de l’histoire que la couverture. Ce ne fut hélas pas le cas.

Morgane Rugraff a une jolie plume. Pas lourde, plutôt fluide, et une imagination qui m’a plu. Les premières pages m’avaient fait me dire que cette lecture serait une jolie perle pour moi.

Le mythe qu’elle présente des Sombre-Lune et des Sang-de-soleil était entraînant et l’héroïne, Calypsa Sioban, m’avait fait forte impression. L’histoire avance à un rythme que certains pourraient jugés lent, mais je considère qu’elle prenait juste le temps de bien développer les étapes de son histoire.

C’est une narration à voix multiples, ce qui permet d’avoir un œil ailleurs que dans la cage dorée de Calypsa. Cette multiple narration permet aussi d’étoffer l’intrigue et d’enrichir le suspense. On sent que quelque chose se prépare, et pour le coup, difficile de voir venir le gros chamboulement. Ce n’était pas à proprement parler une « surprise », mais c’était un événement majeur qu’on ne pouvait pas deviner car c’est propre aux mythes du roman. D’ailleurs, les descriptions n’étaient pas confuses et permettaient facilement de s’imprégner de l’atmosphère.

Hélas, dès lors qu’elle se sacrifie pour son peuple en faisant un pacte avec le roi Callaghan Huxley, (un ennemi assez cliché), la déchéance commence et elle est double.

Il y a la sienne, et celle de mon appréciation pour le livre.

Comprenez moi bien, il n’est pas mauvais. Objectivement, il peut plaire à pas mal de monde. Mais le ciel en est témoin, j’avais trop de dégoût pour les personnages masculins, ainsi que pour Calypsa au fil de l’histoire pour apprécier Lune ardente.

C’est tout bête mais le caractère des personnages et leurs relations pèsent énormément dans l’appréciation d’un livre pour moi. J‘aime facilement les antagonistes, mais ceux-là étaient bêtement mauvais. Le deuxième prince, Caleb, déteste les Tsagaan sans que l’on sache même pourquoi.

Haïr une nation et les décimer pour briller aux yeux de son père qui semble préférer son aîné est tout ce qui est apparu comme ‘justificatif’ et je trouve ça assez léger. Sa haine est si dense que j’ai cru que ce peuple l’avait personnellement offensé, ou que l’un d’eux avait tué un de ses proches…mais non, rien de tel, et le « plot twist » le concernant, très prévisible, n’a pas changé mon dédain pour lui.

Quant au premier prince, Logan, il est tout aussi arriéré, macho, sexiste, et écœurant que les coutumes de sa chère patrie. Bien sûr, je me doute que c’est fait exprès, rien n’est mis pour attirer notre sympathie envers lui, mais il est la quintessence de ce qu’on peut retrouver de défaillant chez un homme….

Enfin, Calypsa perd de sa superbe, de son mordant, de son peps, de sa force. Il ne lui reste qu’une dignité bafouée et une droiture et loyauté inébranlables. Elle se laisse être cocue, se laisse manipuler, reste très crédule et naïve alors qu’elle est en territoire ennemi (on peut dire que c’est son bon fond mais tout de même, un peu de prudence et de méfiance ne fait pas de mal…) et elle ne réfléchit pas aux événements bizarres survenant autour d’elle. Cerise sur le gâteau, elle aime le plus hautain et arrogant des princes mais cherche quand-même sa présence. Je vous laisse deviner lequel est-ce.

Il est toxique, mauvais, et disons le clairement, je n’ai pas saisi à quel moment ni même pourquoi elle est tombée pour ses charmes. Il n’en a pas ! Il est beau à l’extérieur, mais d’une laideur interne à couper le souffle ! Il caresse pour la seconde suivante fouetter avec du venin.

Si l’autrice voulait faire de leur échange l’exemple d’une relation toxique et mettre en lumière ce que veut dire « l’amour rend aveugle », c’est fortement réussi, mes compliments, mais ce n’est absolument pas ma tasse de thé. Je ne peux pas apprécier une romance où, malgré les peines et violences émotionnelles et psychiques infligées, l’attachement reste intact. Il manquait cruellement d’amour propre à Calypsa.

Relevons aussi le fait que Caleb n’a pas arranger son affaire car il commet des actes totalement répréhensibles. Et il n’est pas le seul à en commettre….

Embrasser quelqu’un dans son sommeil c’est très limite. Il n’y a pas de consentement. Alors imaginez l’effet que ça donne lorsqu’il y a ce geste envers une personne inconsciente qui dit vous haïr, que la réciproque haineuse est établie et que vous êtes de très clair étrangers l’un pour l’autre.

Toute l’action suscitant l’intérêt débarque quand un autre peuple fait irruption. Coup assez classique qu’on voit dans les histoires où il n’est censé n’y avoir que deux peuples, comme dans Accords corrompus (ici), leur mystère a tout de même bien agi sur moi.

Je suppose que le tome 2 de Lune ardente sera la renaissance de Calypsa Sioban mais ce sera sans moi.

Affinités :

On peut classer ce roman dans la dark fantasy. Alors si déjà vous souhaitez une fantasy type jeunesse voire positive, passez tout droit votre chemin, j’ai gardé des choses sous silence pour ne pas spoiler mais un warning n’est pas de trop.

Imaginez ma déception de ne pas avoir aimé en sachant combien la dark fantasy est dans mes veines en manga comme ailleurs. Mais il est indispensable pour moi qu’au moins un personnage (de préférence l’héros/héroïne) soit dans mes bonnes grâces ou même en terrain neutre. Là, toute la ribambelle m’a déplu. J’aurai clairement aimé si Calypso n’était pas devenue si cruche… Du coup, si vous êtes moins à cheval que moi sur ça, lisez le.

Si vous aimez ce qui a trait aux luttes de pouvoir malgré le massacre d’innocents, les dommages collatéraux et que les longs passages plutôt calme ne vous tourmente pas plus que ça, tentez.

Ma note : 12/20

9 réflexions sur « Lune ardente, tome 1 : Crépuscule – Quand la lune et le soleil s’affrontent »

  1. Cela peut s’avérer difficile d’apprécier une histoire quand tout le monde semble détestable et que l’héroïne semble se transformer en paillasson. Je reste intriguée par le roman, mais clairement beaucoup moins emballée à l’idée de m’y plonger. J’aime qu’il y ait de la nuance et des antagonistes bien travaillés…

    Aimé par 1 personne

    1. Même si je ne suis pas du genre à vouloir à tout prix un perso dans mes bonnes grâces pour apprécier une histoire, les personages qui me rendent hargneuse me font directement trouver le récit déplaisant! C’est dommage car le fond était bien.
      J’espère que si tu l’essaye il te plaira tout de même.
      Dans le même « genre » que ce livre avec de l’originalité, il y a Cendresa que j’avais beaucoup aimé ! J’ai toujours pas pu faire la chronique (je suis en retard de 3 mois sur les mangas et ça me bloque pour le reste).
      Faute de temps aussi car mp’is mémoire m’accapare énormément

      Aimé par 1 personne

  2. Mouais… Je l’avais téléchargé pour le lire à l’occasion pour le plib (la ME avait offert l’ebook aux jurés)… mais je ne suis pas trop dark fantasy et vu ce que tu en dis, ça ne va pas me plaire, ne serait-ce que les persos détestables…

    Aimé par 1 personne

    1. Alors, si déjà la dark fantasy n’est pas ta tasse de thé, ça part avec un point faible pour toi, mais alors les personnages….ils sont vraiment ce qui m’a le plus chiffonné, je pense qu’il en serait de même pour toi. Je verrai ton retour pour le PLIB si tu le lis toujours

      Aimé par 1 personne

      1. Les 5 sélectionnés de l’année dernière oui !
        Pour les 25 de cette année j’ai eu de belles surprises… et des déceptions.

        Pour les 130 pré-sélectionnés, y’a de tout… Il y en a que j’avais déjà lu. Sinon, j’achète ceux qui m’attirent le plus et dont les avis sur babelio/livraddict sont bons. Je teste ceux que je peux avoir via mon réseau de bib’ ou ceux qu’on nous propose d’avoir en ebook (on peut lire des extraits et se faire un avis sur le style de l’auteur).

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.