The Wize Wize Beasts of the Wizarding Wizdoms

Genre : Yaoi, Fantasy

Éditeur : Komikku

Résumé : the-wize-wize-beasts-1289276

Il y a bien longtemps, un très puissant sorcier du nom de “Wizdoms” a transmis aux bêtes le savoir et la possibilité de prendre forme humaine.

Les Thérianthropes étaient nés. Devant cette soif de connaissance, cette nouvelle race anthropomorphe a bâti des écoles. La plus prestigieuse d’entre elles porte le nom de “Wizdoms”. C’est en son sein que sont formés les plus grands sorciers. Les élèves y étudient, vivent et découvrent même l’amour sous toutes ses formes et bien au-delà des genres !

Mon ressenti : 

Nagabe est connu en France pour l’Enfant et le Maudit (ici) et Le patron est une copine. Son style de prédilection apparaît aisément : il aime raconter des histoires anthropomorphiques !

Dans The Wize wize beasts, Nagabe va nous placer dans un univers où ses personnages anthropomorphes pratiquent la magie.

Il y a bien longtemps, un sorcier très puissant nommé Wizdoms transmit aux bêtes le savoir nécessaire pour prendre forme humaine…C’est alors que naquirent les thérianthropes ! Puis plus tard, la soif de connaissance de cette nouvelle race la pousse à bâtir des écoles.

The_Wize_Wize_Beasts_illust_1

Cette petite narration du monde apparaît à certaines parties du livre afin de donner des informations pour contextualiser un peu plus le récit que l’on suivra, puisqu’il s’agit d’un recueil d’histoires. Chacune d’entre elles se focalise sur une paire de personnages en particulier.

Les autres thérianthropes précédemment vus peuvent apparaître pour dynamiser le récit. Toutes les histoires ne sont pas centrées sur la formation d’un couple, ou de l’éclosion d’un amour implicite/explicite.  

Certaines mettent en avant l’affection, l’amitié, le fait de se sentir écouté, les craintes liées à ce que l’on ressent habituellement et d’autres sentiments forts pouvant tisser les relations.

Par ailleurs, puisque les thérianthropes sont des animaux à forme humaine avec la connaissance, car les animaux classiques perdurent dans ce monde (et sont vus comme la race faible servant de garde manger), il faut s’attendre à voir aussi des qualités et défauts humains.

Chacun des personnages est nuancé et à son caractère plutôt bien tranché par rapport aux autres, que ce soit le genre farceur, paresseux ou timide, avec une plus ou moins forte dose de jalousie, de possessivité ou de lâcheté. 

Personnellement, j’ai beaucoup apprécié ce fait car j’ai tendance à ne pas aimer les personnages tout gentil. Et même si ces traits humains sont présents, leurs sens bestiaux sont beaucoup plus mis en avant que dans Mon patron est une copine. Que ce soit leur instinct animal ou leurs capacités, leur individualité ajoute une touche plaisante ou amusante selon l’histoire.

D’autres traits de personnalités sont utilisés aussi pour renforcer certaines scènes où les étudiants découvrent les émois amoureux, et pour transmettre avec justesse les émotions au lecteur. 

J’aurai aimé qu’il soit plus touffu en pages, ou qu’il y ait un tome 2 à ce recueil d’histoires !

J’ai vite été happée par ces personnages hauts en couleurs et attachants, tous autant qu’ils sont. Et l’auteur n’est pas resté dans le carcan des animaux réels et existants, il a aussi puisé dans les mythes et présente à chaque fin d’une histoire, l’éthologie de l’animal qu’il a abordé. 

the wize wize beasts.jpg

La lecture a été fluide malgré le changement de point de vue, et reposante car chaque histoire se démarque à sa manière pour charmer et même faire rire par le comportement de certains personnages (mention spéciale au bouc qui jure comme le capitaine Haddock dans les aventures de Tintin).

Cela va de soi, mais j’ai aussi apprécié ma lecture car malgré les différences d’espèce, ils arrivent à tous s’entendre sans soucis et créent des liens mignons et drôles.

Concernant l’édition, là aussi Komikku a marqué des points en respectant le grand format de l’édition japonaise. D’un papier fin mais de bonne qualité qui n’est pas trop translucide, (même si on voit un peu la page en travers), la prise en main est bonne. La couverture couleur crème est lisse au toucher, et avec des personnages vernis, attire facilement le regard. 

Ma note : 16.5/20

Affinités : 

Si vous êtes un fan de Nagabe, ce manga a toutes les chances de vous plaire, et même si vous n’êtes pas l’un de ses fans, le coup de crayon et les histoires sauront vous charmer ! C’est l’aspect anthropomorphique qui rend ce manga atypique, et je sais que certains peuvent être récalcitrants au style mais c’est assez soft et dans le fond, cela raconte le quotidien humain et certains aspects marquants ou importants de la vie.

Il n’y avait pas de mot de l’auteur mais il m’a fait rire dans sa postface.

15 réflexions sur « The Wize Wize Beasts of the Wizarding Wizdoms »

    1. Je n’ai pas accroché à l’enfant et le maudit ni à mon patron est une copine même si ces œuvres ont divers atouts mais celui-là a été une bonne pioche pour moi. Si ta média a l’enfant et le maudit je te le conseille peut-être que ça marchera avec toi 😊

      Aimé par 1 personne

      1. Bon, c’est déjà bien de ne pas avoir de regrets. 😁
        Je me pencherai dessus dans quelque temps. Je viens de terminer Rainbow, j’ai considérablement réduit ma PAL. (enfin presque 😅)

        Aimé par 1 personne

      2. J’ai laissé spécialement de côté les chroniques mangas afin de les lire sur ordi car je sens que j’aurai des pavés à laissé, tu as lu pas mal d’auteurs qui j’apprécie. Du coup, tant mieux pour Rainbow, j’irai voir tout ça quand ce sera plus calme de mon côté, je n’ai pas réussi à prendre l’avance que je voulais sur le blog malgré la programmation de pas mal d’articles, mes obligations perso me rattrapent.

        Aimé par 1 personne

      3. Je comprends que tu n’aies pas réussi à prendre de l’avance.
        J’ai hâte que tu me dises tout ce que tu as à dire. J’ai lu Beastars 10 mais je n’ai pas réussi à écrire un article satisfaisant. Du coup, ça dort dans mes brouillons depuis deux/trois jours. Je viens de commencer Le poids des sentiments de NR Walker chez Reines-Beaux.
        Courage (oui, c’est bateau mais je t’envoies des ondes positives) pour tes obligations.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.