Humanitas, les différentes facettes de l’humanité

Genre : Seinen Graphique

Editeur : Glénat

Résumé : humanitas-1155281-264-432

Ocelot, le chevalier aveugle dans l’Amérique avant l’invasion espagnole.

Yuri, le joueur d’échecs russe en pleine guerre froide.

Ena, la chasseuse de baleine du pôle nord. Trois destins bien distincts pour une seule question : qu’est-ce qui nous fait vivre ? Suivez le combat de chacun de ces trois personnages à travers le globe, hors de nos règles sociales, de la culture occidentale et de la morale judéo-chrétienne.

Une belle réflexion sur l’humanité

Mon ressenti : 

Humanitas, un one-shot sorti chez Glénat le 15 mai, conte l’histoire de trois cultures à des époques différentes.

L’histoire d’Ocelot, se situe au XVe siècle, en Amérique centrale, et ces guerriers forts et inébranlables, même au décès des leurs, même en tuant femmes et enfants, m’ont de nouveau donné une petite secousse avec leurs rites et traditions si différents de la nôtre. Certains actes paraissent inhumains et cruels. Ceci parce que l’on a nos propres critères.

Vis ! Seuls ceux qui acceptent de voir leur vie devenir impure peuvent être vainqueurs. 

ll9pZm92.jpg 

Immédiatement, j’ai pensé au Dieu Oiseau. Et cette impression s’est renforcée au point de me frapper à une planche pleine de violence et de rage. D’une beauté incroyable.

Ta tristesse…elle se fond dans ta lame. 

Et à la toute fin, mes pensées se sont alignées d’instinct à celles de l’un des personnages :

Pourquoi ce spectacle…est-il si éblouissant ? 

La deuxième histoire se plaçant dans le contexte de la guerre froide au 20e siècle, nous montre toute la lie pouvant se trouver dans le cœur de l’homme. Sa méchanceté. Les atrocités perpétuées au nom d’idéaux. Une fatigue psychologique et éreintante se ressent à travers le personnage vivant dans ce contexte, devenu un pion « pour le bien de la patrie ». Alors qu’il n’aspirait à rien de tel.

Le mangaka a facilement pu faire plonger dans l’ambiance de tension où un fils pouvait dénoncer son père voulant quitter l’URSS pour aller à l’étranger, en guise de loyauté pour son pays. L’effet est toujours plus particulier quand il est imagé qu’à travers des cours d’Histoire.

Le dernier récit, « Ena », va montrer la collision entre deux cultures très distinctes. Celle d’un Britannique naufragé (William) vers le long de la côte nord américaine et d’une jeune fille y vivant. Pêche à la baleine, consommation crue de phoque, chasse de phoque et de morse. Tout y passe.

L’auteur nous immerge parfaitement dans les habitudes quotidiennes de ce peuple vivant dans le froid et dans ses us et coutumes. À travers William, dont la culture se rapproche de la nôtre, le gouffre est visible, et se concluant sur une note réaliste, Aki Yamamoto a su, jusqu’à la fin, parler d’Humanité.

Et c’est en ceci que réside la richesse de l’oeuvre. En prenant du recul, on voit les divers tons, couleurs et variantes de ce mot lourd de sens. 

Mon histoire préférée restera celle d’Ocelot. Les planches les plus belles, à mes yeux, y étaient.

Affinités : 

J’attendais ce titre dès son annonce, surtout parce que la couverture m’avait charmé. Et je ne peux que vous recommander de le lire aussi. Il s’agit d’un seinen dit « graphique » par rapport à ses dimensions plus importantes que celles d’un manga classique. Le papier est fin (mais ça, c’est un choix de l’éditeur que je trouve malheureux).

Si vous voulez voyager à travers différents continents, pays, époques, nations, cultures, et voir à quel point le monde peut être vaste et comment « si l’on se contente d’analyser les choses selon nos seuls critères, on ne peut rien comprendre » (phrase de fin de l’auteur), Humanitas est fait pour vous. Et il peut parfaitement convenir à ceux qui ne sont pas férus de manga, mais qui voudraient en lire.

Ma note : 15/20

10 réflexions sur « Humanitas, les différentes facettes de l’humanité »

  1. Il est dans ma wishlist, j’en entend que du bien. Mais comme c’est un one-shot avec trois histoires différentes (mais dans la même ambiance philosophie sur la vie etc) je ne sais pas encore si je me lancerais bientot ou pas. Merci pour ta chronique en tout cas 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. De rien, au plaisir. Il n’est pas bâclé si c’est ce que tu crains. Chaque histoire est bien bouclée. Chaque ton et point de vue donné est intéressant. Je ne peux que te le conseiller!

      J'aime

  2. J’ai lu un article récemment concernant Humanitas, sur le blog de xander, et c’est pourquoi j’ai cliqué sur ton article aussi (pour avoir un deuxième avis)
    Ce one-shot me tente décidément beaucoup. Merci pour ton avis !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.