Assassin’s creed, Tome 1

Genre : Seinen

Éditeur : Mana-books

Résumé :assassin-creed-blade-of-shao-1-mana

En 1526, la dynastie Ming règne depuis près de 200 ans, et la Chine jusque-là prospère sombre dans le chaos. Zhang Yong, chef des Huit Tigres, un groupe de Templiers, en profite pour faire éliminer tous ceux qui pourraient se dresser entre lui et le pouvoir.

Pour échapper à une mort certaine, Shao Jun – la dernière Assassin de la Confrérie chinoise – a fui en Europe auprès d’un mystérieux mentor italien. De retour dans son pays, elle est déterminée à prendre sa revanche contre ceux qui ont massacré son clan…

Mon ressenti :

En bonne fan de l’univers d’Assassin’s creed, je ne pouvais pas passer à côté de ce manga sorti aux éditions Mana-books !

Ce nom n’est plus à présenter, même aux personnes n’y ayant jamais joué, assassins creed a déjà été entendu au moins une fois au détour d’un couloir ou sur le net. L’univers vaste permet par ailleurs d’en faire une multitude de jeux, de romans, de films…

Comme le dit le résumé,  cette histoire est centrée sur la Chine du XVIe siècle. Les Assassins ne sont plus. La Confrérie de la Plaine centrale a été renversée et tous ses membres ont été massacrés.

Zhang Yong, l’implacable chef des Huit Tigres, a profité de la mort de l’empereur pour faire éliminer tous ses adversaires, asseyant ainsi le pouvoir des Templiers dans le sang. Shao Jun, dernière représentante de son clan, réchappe de justesse à la mort et n’a d’autre choix que de fuir sa patrie. Jurant de venger ses anciens frères d’armes, elle rejoint alors l’Europe afin de se former auprès du légendaire Ezio Auditore.

De retour dans l’empire du Milieu, elle va vite comprendre que son sabre et sa détermination seuls ne suffiront pas à éliminer Zhang Yong : il lui faudra s’entourer d’alliés et manœuvrer dans l’ombre pour frapper les Huit Tigres en plein cœur…

La dynastie Ming s’apprête alors à devenir le théâtre d’une gigantesque partie d’échecs entre la Confrérie des Assassins et l’Ordre des Templiers.

De ce fait, le chapite 1er de ce tome commence sur les chapeaux de roue ! Sans perdre de temps dans un placement long de contexte, on suit la capture de Shao Jun une assassin.

Avec un style de dessin plutôt classique bien que clair, on voit s’étendre les nombreux compagnons de la jeune filles, gisant dans leur sang.

Le clan ennemi les Templiers, est déterminé à obtenir d’elle des réponses quelque soit le moyen utilisé car :

Elle n’a besoin que de sa langue pour parler

On se rends pourtant compte qu’il s’agit de souvenirs revécus par la lointaine descendante de Shao Jun, à l’image du film joué par Michael Fassbender. Pour être plus exacte, c’est l’essence même d’Assassin’s creed.

Pour ceux qui ne le savent pas, l’essence de ce jeu vidéo vient de « l’Animus », une machine permettant de lire la mémoire génétique des gens. Ainsi, on découvre la vie de ses ancêtres, autant leurs bons moments que leurs mauvais. Il amène littéralement dans leur peau, à leurs époques et aux lieux qu’ils ont vus. 

De ce fait, le premier tome se lit avec une sensation de gros manque d’approfondissement, autant sur les personnages que sur le contexte du pays, sur l’histoire. Et malheureusement, des grosses ficelles apparaissent, le mangaka étant peu subtil dans l’indication des traitres autour de la jeune fille.

Il ressort donc de ma lecture un effet  « manque de passion ». Dans le genre où je n’ai pas détesté, mais je n’ai pas spécialement aimé non plus. Le graphisme qui est du genre passe-partout n’a pas aidé non plus. Sans marquer la vue, sans donner une impression personnelle permettant de dire, « ah, ça, c’est untel dessinateur »….

Affinités : 

Je ne pourrai dire si le manga respecte le jeu Assassin’s Creed China, centré sur la dernière disciple de Ezio Auditore, Shao Jun, mais ce tome m’a donné la sensation que pour pleinement l’apprécier et même en raffoler, il aurait fallut l’avoir joué. Je ne peux que vous inviter à vous faire votre propre avis !

Ma note : 13/20

8 réflexions sur « Assassin’s creed, Tome 1 »

  1. Je n’ai pas osé l’acheter… J’aime tellement regarder mon homme jouer à Assassin’s Creed que le reste me paraît jamais suffisant. Puis j’ai des romans de l’univers qui m’attendent depuis longtemps.
    Ton retour me fait me dire que j’ai eu raison de ne pas céder. Plus tard, peut-être. 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.