Tsugumi-Project, Tome 1

Genre : Seinen

Editeur : Ki-oon

Résumé : tsugumi-project-1-ki-oon

Léon, soldat d’élite d’une Europe militariste, est embarqué de force dans une expédition secrète. Dans un Japon en ruine, abandonné depuis plus de 200 ans, lui et ses compagnons d’infortune doivent récupérer une arme terrifiante. Son nom de code : Tsugumi. Tout ce qu’on sait d’elle, c’est que son potentiel de destruction est tel que le monde a préféré écraser l’archipel sous une pluie de bombes atomiques plutôt que de voir son développement mené à terme…

Mais l’opération tourne court : l’avion s’écrase, et Léon se retrouve seul dans la baie de Tokyo. Affamé, à bout de forces, avec pour unique protection une combinaison antiradiations, il découvre vite que la métropole n’est pas aussi déserte que prévu… Sa course pour la survie commence !

Lancez-vous dans une quête désespérée au cœur d’un Japon post-apocalyptique ! Avec son bestiaire d’une richesse incroyable, ses personnages charismatiques et ses décors extraordinaires, Tsugumi Project vous marquera au fer rouge…

Mon ressenti : 

Lors de la sortie de cette licence à la Japan Expo 2019, beaucoup d’encre a coulé et pour cause, le contenu du manga le vaut largement.

Dans un monde où le Japon a disparu 260 ans auparavant à cause d’une guerre nucléaire qui a généré l’extinction de toute vie humaine, des condamnés à morts de l’armée française vont être relâchés dans ce pays considéré comme inhabitable. Pour cause, laissé à l’abandon, aucune vie humaine n’a pu reprendre forme à cause des radiations qui ont contaminé l’air, l’eau et la nourriture. Vous savez ce que c’est, la terre en elle-même n’est pas susceptible d’être cultivée avant un bon moment quand le nucléaire est en jeu.

Ces condamnés à morts peuvent clairement être vu comme des agneaux à sacrifier : (même si on leur dit qu’on reviendra les chercher) leur peine est de mourir, peu importe que ce soit des mains de la loi ou à cause d’un pays hostile où d’autres formes de vie belliqueuses et inquiétantes se sont développées.

IMG_20191227_082122.jpg

Nous sommes donc dans un monde d’anticipation. Les prisonniers ont un an pour retrouver l’arme biologique à l’origine ce conflit nucléaire, qui a été récemment découverte via des bribes de documents. Cette arme se fait nommée « Toratsugumi ». Et le fait de rapporter des informations utiles et l’arme permettra aux prisonniers de se voir graciés par l’Etat français. Même si un crédit individuel est porté à chacun, il est défendu de se mettre des bâtons dans les roues car la mission est collective. Déjà, cette règle permet de faire savoir qu’on ne sera pas dans un survival game où chaque candidat va tenter d’éliminer son prochain pour obtenir tout le mérite. Cela fait donc supposer que ce que renferme les terres du Japon est suffisamment problématique pour pimenter le récit tout au long des divers tomes. 

Tsugumi-Project-visual-1

Même si pour l’instant, il faut l’admettre, il ne se passe pas grand chose car le mangaka prend son temps pour poser les bases de ce monde, présenter quelques créatures de son bestiaire, montrer qu’il existe une communauté de vie propre à eux ainsi qu’une forme de langage et nous immerge dans le monde dévasté du Japon auprès de Léon qui cherche dans les ruines des moyens de survie  (eau, nourriture, armes), ce qui est frappant dans cette oeuvre, ce sont les dessins de l’auteur. Ce dernier, à la fin du tome, explique la genèse de Tsugumi project et son parcours : il aime les détails et son oeuvre en déborde. L’encrage est profond, et le style hachurés est très maîtrisé pour offrir des planches de grande beauté.

IMG_20191227_081859.jpg

Quatre interrogations concernant l’intrigue titillent tout de même : pourquoi Léon a été accusé à tort d’espionnage et condamné à mort a contrario des autres condamnés qui étaient vraiment des espions ? Pourquoi la fillette-oiseau, Tsugumi, s’occupe de lui ? Que sont Tsugumi et Tora, ce colossal lion qui lui obéit ? (je dirai aussi comment ça se fait que Léon n’ait pas percuté qu’il y a un lien entre ces deux créatures et l’arme biologique…j’espère d’ailleurs que c’est juste un lien et pas ce que je pense) et enfin, qui sont ces créatures semblables à des hommes/singes vivant dans l’ombre et en tribu ?

IMG_20191227_082135.jpg

Quant au chara-design des personnages, il est juste regrettable que « Doudou », ce noir bavard ex-combattant de souterrain qui était espion pour la Perse, soit si caricatural (grosses lèvres et j’en passe).

Pour finir, en ce qui concerne l’édition, on a eu droit à 10 pages couleurs et le papier épais permet une bonne prise en main du manga. La fin du tome contient d’ailleurs une interview de l’auteur, des fiches de personnages ainsi que des esquisses.

Merci à Babelio et aux éditions ki-oon pour l’envoi de ce titre !

Affinités :

Vous aimez les univers d’anticipation, découvrir un bestiaire tout droit sorti de l’imagination et connaitre un autre style de communauté de vie ? Les mystères et la survie titillent votre curiosité et vous ne boudez pas l’action enrobée dans de beaux dessins ? Tsugumi Project a de quoi vous plaire !

Ma note : 15/20

10 réflexions sur « Tsugumi-Project, Tome 1 »

    1. Ahh j’avais vu des retours (très) négatifs dessus (je pense que c’était une histoire de goût, le fait qu’il ne se passe pas encore grand chose a dû agacer certains). Mais je l’ai trouvé bien (surtout les dessins). Bonne pêche

      Aimé par 1 personne

    1. Il y a le tome 3 sorti récemment (2 janvier). On a pas d’info sur le nombre de tomes prévus, et comme c’est une production Ki-oon, y’a pas de tomes en version japonaise à rattraper, à voir dans ton cas oui. Mais c’est sympa 🙂

      Aimé par 1 personne

  1. Je reste partager sur ce titre, comme tu le dis j’ai vu passer du bon et du mitigé dessus, en tout cas sur le tome 1. J’aimerais bien lire des avis sur la suite pour voir comment ça évolue mais pour le moment je ne suis pas décidée ^^!

    Aimé par 1 personne

    1. J’en avais lu aussi du mitigé, surtout pour le personnage noir caricaturé qui donne une connotation raciste, ça avait fait sortir de leur gond beaucoup de gens. Mais les dessins sont très plaisants et l’intrigue prometteuse

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.