Jormungand, Tomes 3 & 4

Genre : Seinen

Editeur : Meian

Résumé du tome 3 :

Jonah fait face à son ennemi juré, Kasper Hekmatyar, qui n’est autre que le frère de Koko, pour qui il travaille comme garde du corps. Scarecrow rencontre M. Chan dans le but de réunir des informations sur Koko. Après quelques péripéties, Koko et son équipe débarquent en Afrique du Sud dans l’espoir de retrouver professeure Miami…

Mon ressenti :

Si vous ne connaissez pas cette série, la chronique des tomes 1 & 2 est ici. Et je rappelle qu’une série animé était aussi déjà sortie.

Le tome 3 de Jormungand reprend directement sur le visage de rage du petit Jonah. Et il est pour l’instant le tome m’ayant le plus intéressé. En effet, par un bond dans le passé datant de quelques mois, l’auteur nous présente Jonah avant son intégration dans la troupe de Koko Hekmatyar mais pas très loin puisque ses parents étaient déjà décédés à cause de la guerre.

Jonah, dans une base militaire, seul soldat envoyé en renfort, s’occupe de jeunes orphelins qui à contrario de lui, ne se battent pas. Par la force des chaises, l’auteur peignera de dures images, mettant en lumière la pourriture qui gît dans le cœur de ceux vendant des armes par amour de l’argent, et qui n’hésite pas à sacrifier une enfant sur un terrain de mines afin de récupérer leur bien, ou encore à user de cet enfant comme bouclier de protection contre les shrapnels. 

Si je trouve qu’il y a toujours quelques soucis à cause d’un effet de hâte dans le traitement des émotions et que les personnages ont parfois des réactions étranges/pas naturelles, la froide résolution qui a animée Jonah après son deuil ne m’a pas laissé cet effet. Enfant-soldat ayant vu des horreurs, la volonté de vengeance lui a permis de reprendre son sang froid et de mener sa purge. Ce sont de belles pages d’exécution que l’on a sous les yeux, et cela montre à quel point Jonah est dangereux.

Ayant détruit de l’intérieur une base militaire à la seule force de ses tirs et capacités, il rencontrera alors celui qu’il va haïr de touts ses forces : Kasper Hakmatyar, le grand-frère de Koko qui, sadique sans pitié et sans état d’âme, livre un peu plus sur leur identité, avant de briser Jonah par la peur pour le rendre malléable et le faire servir comme garde du corps auprès de sa sœur.

C’est donc ce background explicatif et la vengeance de Jonah, que j’ai beaucoup apprécié. Son leitmotiv, lui qui dit détester les armes mais qui s’en sert, est noble et permet de mieux saisir ce personnage et ses propos, mais aussi de mettre plus de profondeur à l’oeuvre. 

Les autres personnages ne sont pas laissés en suspens. Après cet arc majeur que l’on pourrait qualifier de « passé de Jonah », la troupe se dirige vers l’Afrique du Sud où un rendez-vous prévu depuis près d’un an a été planifié entre la professeure Minami et Koko. La professeure est une experte en robotique qui, bien qu’un peu excentrique par sa passion des papillons et des coquillages dans ce contexte et sa légèreté, montre un aspect de plus du monde des armes : les jouets pour enfant qu’elle crée sont détournés pour servir l’armement. C’est un angle intéressant, mais clairement pas assez creusé, à part avec son escapade dans la montagne à la recherche des papillons, on a pas l’occasion de vraiment en apprendre plus. L’effet dynamique de ce passage a été grâce à l’affrontement entre les gars de Koko et le commando kidnapping de Chan, un riche homme d’affaires qui vend des armes sous couvert de sa société et que Scarecrow, l’enquêteur américain timbrer, veut coincer.

J’ai dit que les autres personnages ne restent pas en suspens car Valmet qui se rappelait d’un passé douloureux en Afrique du Sud, voit son souvenir se raviver plus fort à cause du style de combat de Karen Low, la garde du corps de Chan qui lui fait se remémorer celui qui lui a pris son œil. Mais on a rien de plus, la partie Afrique du Sud se clôture aussi plutôt vite. L’aspect parallèle à trois vitesses était plaisant : Koko et Chan discutent autour d’un dîner pendant que leurs hommes se tirent des balles au loin, au même moment, avec en arrière plan la professeure Miami loin de se douter que les tirs qui opposent ces deux groupes sont pour la protéger/kidnapper. Toutefois, ce n’était pas assez poussé.

Cette partie clôturée, une autre se déroulant à Londres débute pour cette fois mettre sur la table le sujet des drones et leur problématique par rapport à leur avantage/effet plus lourd en perte humaine dans les guerres. Hormis le plantage rapide du contexte relatant des conflits diplomatique entre quelques pays, Koko se trouvera face à une rivale de taille qui lui donnera plus que du fil à retordre : Amaria, une ex-comédienne qui use de la fortune de son défunt époux pour vendre des armes, semblant s’animer de cette activité. Le twist n’est pas surprenant, et bien que ça ne gâche pas la lecture, il est quand-même dommage que les coups de tactiques de Koko pour renverser la situation n’aient pas été plus présentés que ça car ça ne donne pas vraiment au lecteur une sensation de claque ou d’émerveillement devant son génie pour parvenir à conclure des ventes quand tout semblait perdu.

L’interrogation/problème survenue au début de la série reste entière : quelles sont les motivations de Koko de vendre des armes ? Et quel est le rapport avec Jormungand ? J’émets l’hypothèse qu’il s’agirait d’une métaphore pour représenter le trafic massif d’arme qui enserre le monde et est prêt à l’engloutir mais comme dit précédemment : c’est une hypothèse. Pour l’instant, j’ai plutôt la sensation que l’auteur veut aborder de nombreux thèmes pertinents sous divers angles, sans pour autant traîner en longueur, ce qui est dommage car j’ai, personnellement, une sensation de pas assez, bien que des lecteurs puissent apprécier le rythme qui ne permet pas de « dormir » durant la lecture.

Merci aux éditions Meian pour cet envoi !

Ma note du tome 3 : 15/20

Ma note du tome 4 : 14/20

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.