La légende d’Iskari, tome 1 : Asha, Tueuse de Dragons

Genre : Young adult,Fantasy

Editeur : Gallimard

Résumé : la-legende-d-iskari-tome-1-asha-tueuse-de-dragons-1190788

Au royaume de Firgaard, les légendes sont interdites : elles sont dangereuses. Pourtant, le sort d’Asha, princesse solitaire, leur semble étroitement lié. Asha est une tueuse de dragons crainte par tout son peuple : elle est Iskari.

Farouche, vulnérable, Asha trace sa route au cœur d’un univers dur et merveilleux. Intrigues politiques, suspense, passion, puissante mythologie et un soupçon d’humour: entre « Game of Thrones » et les contes des « Mille et Une Nuits », une saga de Fantasy aussi originale que captivante.

Mon ressenti : 

Une saga comme Game of thrones, c’est beaucoup dire, et c’est même loin de la réalité, mais le côté contes des Mille et Une Nuits n’est pas loin de la vérité.

La légende d’Iskari est celle d’une femme créé par l’Ancien, qui n’existe que pour semer mort et destruction, tandis que son frère créé de la même main, Namsara, ne fait qu’apporter joie et bonheur autour de lui. Elle finit par mourir  dans le désert, déchirée par les charognes, morte de la solitude, pensant que personne ne l’avait jamais aimée, alors que son frère qui n’avait cessé de la chercher, la pleura quand il la trouva. Lui l’aimait, elle n’avait juste pas fait assez attention et regardé autour d’elle.

C’est ce conte célèbre qui se rejoue sous nos yeux, mêlés à d’autres. Asha, la fille du roi dragon, voue une haine sans borne aux dragons depuis qu’elle a été défigurée à l’âge de huit ans par le Premier Dragon, après lui avoir raconter une histoire, leur friandise préférée. A chaque sortie de chasse avec ses esclaves, elle ramène la tête d’un dragon et rend son père fier, creusant la crainte qu’à le peuple et autrui envers elle, faisant toujours plus les gens éviter de la regarder à cause de la large cicatrice qui balafre un tiers de son visage et va jusqu’à une partie de ses jambes. 

Quand elle finit brûler par le feu toxique de l’une de ses proies et que le poison commence à faire effet, un esclave Skral impertinent lui demandera quelque chose en retour de son secret, et le monde d’Asha commencera à s’écrouler. .

L’auteure l’a dit elle même; elle a voulu écrire un livre qui puisse se lire comme une histoire d’amour. La romance est donc présente, et une dualité prend place entre une obsession malsaine qu’à son promis envers elle, voulant la posséder comme un maître possède une arme ou une esclave, à la tendre affection que lui porte Torwin, ce Skral qui n’a même pas le droit de la regarder dans les yeux. 

Détrompez vous, je n’y ai pas vu là un triangle amoureux. Ce qui anime Jarek, son promis, n’a rien à voir avec l’amour et tout avec un étrange désir de possession. Il veut la soumettre, la mettre en cage, la briser. Il lui fait du mal physiquement, n’Hésite pas à battre presque à mort sa cousine Safire pour la manipuler. Ce type est une ordure tordue et avoir un personnage aussi laid intérieurement donnait un plus à l’histoire. Asha ne ressent rien pour lui, et toute certaine du déshonneur qui entoure les Skral, elle ne fait pas de cadeaux à Torwin. 

Si certains estiment qu’il n’y a pas suffisamment d’approfondissement sur les Terreux des Brousses ou les Skral et se dire qu’il ne s’agit que de mots compliqués pour rien, ce n’est pas mon avis. Ce n’est que le tome 1 et il y en a 2 autres, l’auteure à le temps de développer plus, là, j’ai plutôt  vu dans ce tome 1, un développement de l’histoire des Draksor et de leur méchanceté qu’ils ont érigé en honneur et noblesse. 

Si la fin du tome 1 allait de soi, je ne me suis pas senti agacée par un fil blanc plus que blanc, au contraire de Ash Princess que je n’ai jamais pu finir. Il y avait des révélations au fil du livre, qui entretenait mon intérêt, pas de triangle amoureux, et une héroïne moins naïve et agaçante. J’ai apprécié Asha.

Les histoires sont contés comme le veut le conteur, la vérité ne s’y trouve jamais vraiment, c’est en analysant au plus près une histoire racontée que l’on peut y déceler les incohérences et voir si oui ou non, elle est véridique. Les contes qui se trouvaient dans le livre m’ont plût, l’histoire célèbre de Willa, celle qui a attendu son époux à la porte de la Mort notamment; et qui est devenu le symbole de l’amour éternel, ses mots étant les vœux qu’échangent les mariés.

Que la mort m’envoie ses pires épreuves !

Le froid glacial pour geler l’amour dans mon cœur.

Le feu pour réduire mes souvenirs en cendres.

Et le temps pour mettre à l’épreuve ma loyauté.

Je t’attendrai à la porte de la Mort. 

Asha apprendra à faire attention aux histoires, à ouvrir les yeux sur la vraie couleur de son cœur qu’elle pense corrompu et noir parce qu’il est défendu de raconter les histoires voleuses de vie, que les raconteurs en sont morts, alors qu’elle, elle ne peut s’empêcher de les conter.

Affinités : 

Vous deviez vous dire qu’en attaquant comme ça dans mon premier paragraphe, je n’ai pas aimé cette lecture, mais c’est faux, je l’ai beaucoup apprécié, au contraire. Il faut juste rendre à César ce qui apparient à César, l’éditeur a trop poussé sur le marketing : il ne suffit pas qu’il y ait des dragons pour que ce soit semblable à GOT. 

Je pense vraiment que cette comparaison à desservi le livre. Donc, pour ne pas être déçu en choisissant de lire ce roman sur cette base, oubliez cette phrase et mettez vous en tête que c’est plutôt du YA/jeunesse avec des parties d’action et du sang.

Lisez ce livre si vous aimez les mythes et légendes, les réalités souvent détruites au fil du temps car mensongères, les complots et voir une personne ne pas s’aimer mais accepter sa noirceur finir par ouvrir les yeux. Lisez ce livre comme ce qu’il est : une histoire parlant d’une tragédie, comme les histoires d’amour qu’il comporte. 

Ma note : 17/20

Teaser :

Le tome 2 de la légende d’Iskari sort en Janvier 2020 !

14 réflexions sur « La légende d’Iskari, tome 1 : Asha, Tueuse de Dragons »

  1. N’ayant jamais accroché à Game of thrones (du moins la série, je n’ai pas testé le roman), ça m’arrange plutôt que le roman ne lui ressemble pas. Le côté mythe et légendes m’attire bien et tu me rassures sur le fait que nous ne sommes pas face à un banal triangle amoureux, un schéma que je déteste…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.