From end, Tome 1

Genre : Seinen

Editeur : Kana

Résumé : from-end-tome-1-1212081-264-432

Enseignante au lycée depuis peu, Rui Shinomiya tombe un jour sur une photo précieusement gardée par Rui Hayase, l’un de ses étudiants. Choquée, elle se reconnaît sur le cliché, adolescente, à l’époque où elle était victime d’agressions sexuelles.
Le passé qu’elle avait tout fait pour oublier resurgit brutalement. C’est un nouvel enfer, pavé de chantage et de manipulation, qui commence…

Mon ressenti : 

From end le nouveau titre thriller chez Kana présente des personnages tordus sous plusieurs angles.

Devenue enseignante, Rui shinomiya qui a vécu l’enfer au période collège s’est reconstruite et est devenue plus forte : elle veut vivre enfin sa vie avec liberté et insouciance, tout en aidant les élèves avec des difficultés car elle n’avait eu personne lui tendant la main.

Fortuitement, par un coup sinistre du destin, elle retombe sur l’un de ses bourreaux qui est le beau-père d’un de ses élèves.  L’enfer recommence pour elle, et l’auteur accentue la perversité et le malsain de Sakurai par l’expression du visage et de ses mimiques. Le ton et le coup de crayon plaisant et fin de la mangaka installe l’ambiance pesante et angoissante très facilement.

76349_3596723.jpg

On a pas d’information sur la psyché de Sakurai, sur pourquoi il prend tant de plaisir à faire du mal à autrui,  mais il ne fait nul doute que c’est un psychopathe, et la fin prouve qu’il est sincèrement dérangé, bien que ce tour scénaristique reste assez classique, étant tordu et pervers, il était clair qu’il prendrait ses dispositions. Les deux Rui ont sous estimé leur bourreaux. Pour être sûr de te débarrasser pour de bon de ton ennemi, soit plus vicieux et malin que lui. 

La présentation par points forts de la série indique que’elle invite à réfléchir à la vengeance, et à ce qu’elle implique : « « Œil pour œil, dent pour dent ». Les victimes doivent-elles se venger de leur agresseur ? Cela les aident-elles ? Comment échapper à son passé quand il revient vous hanter ? Bien que beaucoup d’ouvrages aient pour thème la violence et les agressions sexuelles, « From End » introduit ces sujets de façon intimiste et perturbante. De la psychologie, de l’action, de la violence … Tous ces éléments font de « From End » un thriller palpitant ! »

C’est ce qui m’a attiré, et ce n’était pas mensonger. Toutefois, j’ai tout de même quelques reproches à faire à ce premier opus.

Tout d’abord, les facilités scénaristiques présentes sont un poil absurde (attention, spoiler) : quelle personne sensée irait prendre un café le temps d’accomplir un assassinat ? J’entends bien que ce soit pour se constituer un alibi, mais vu le procédé, il était évident qu’il y aurait un crack. Et il y a bien d’autres moyens de se construire un alibi tout en étant sûr qu’on a tué sa cible. Un bon assassinat conduit à un mort bien mort.

Autre chose, la vigilance : même si on est pas un tueur expert, la moindre des choses est de ne pas laisser de preuves aussi flagrantes qu’un message téléphonique... Ne serait-ce pour qu’il n’y ait aucun lien de créé entre les deux complices. Qui sont en plus censé n’avoir qu’une relation prof-élève.

Troisième point : on n’enterre pas quelqu’un qu’on a tué dans un lieux ayant un rapport direct avec nous. C’est la base. Plus la manière dont vous vous débarrasserez du corps sera distinct de tout lien avec vous, plus vous aurez de chance de bien dormir la nuit après votre méfait. Et moins il y aura de probabilités de vous faire bêtement coffrer.

(Fin du spoiler)

Quatrième point : la pauvre Rui est un aimant à malade obsessionnel pervers. J’ai une idée sur celui qui prendra le flambeau du harcèlement, mais j’espère me tromper, afin d’être surprise (ce qui signifie que si je ne me trompe pas, c’est prévisible).

Loin de moi l’idée de passer pour un assassin de première classe, n’ayez crainte, je n’ai même jamais tué de poule, mais plus de complexité aurait donné du relief, surtout qu’il n’y a que 3 tomes. Alors avec ces facilités, j’ai eu un peu l’impression que ce serait bien vite plié et que les embûches qu’ils rencontreront par la suite couleraient de source du fait de leurs erreurs (facilement évitables). L’auteure a peut être voulu montrer « un crime commis par des personnes lambda » ce qui entraîne des fautes mais certains éléments m’ont paru trop gros et faciles.

Affinités : 

En somme, si vous aimez les thriller, que vous souhaitez voir où mènera la vengeance de deux âmes brisées par un démon (psychotique) commun et que vous n’avez pas peur de voir des actes affreux menant à des blessures mentales et la perversité dans sa quasi- apogée, From end pourra vous faire palpiter !

Ma note : 12,5/20

Publicités

3 réflexions sur « From end, Tome 1 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.