Les noces de la renarde

Genre : Fantastique

Editeur : Scrineo

Résumé : les-noces-de-la-renarde-1190379

1461, Japon. Hikari vit dans les forêts peuplées de croyances et de dieux du Japon du 15ème siècle et s’intéresse de près au village installé au pied de la montagne… à ses risques et périls.

2016, Tokyo. Mina, qui a le pouvoir de voir les yokaï, esprits et monstres du folklore japonais, va se laisser entraîner dans une chasse au démon, en plein cœur de Tokyo.

Deux univers qui se croisent et s’entremêlent, entre quête d’identité et désir d’émancipation.

Mon ressenti : 

Les noces de la renarde, un standalone avec une superbe couverture, offre une double narration : une se déroulant vers 1461 avec Hikari une kami (déesse) et l’autre vers 2016 avec Mina (une adolescente qui possède un don dont elle ne veut pas). Les aventures de ces deux femmes se déroulent au Japon. 

C’est la première fois que je découvre la plume de Floriane Soulas, et on peut dire qu’elle se soucie des détails dans ses descriptions, peut-être trop pour certains goûts (comme le mien) et j’ai donc eu des sensation de longueurs et de répétitions. Je sais que ça ne dérangera pas certains, mais il me faut un rythme vif la plupart du temps, ce qui n’était pas le cas ici.

Cette lenteur narrative se justifie pourtant : le monde qu’elle décrit ne prête pas à la brièveté : des yokai, des coutumes japonaise, des dieux, des mythes, des rites et beaucoup d’autres éléments de la culture nippone se trouve dans ce texte. Et ce, que ce soit la manière de s’adresser à autrui, le rôle des miko (prêtresse) ou encore le style vestimentaire des différents personnages, elle permet une vrai immersion au lecteur, et ceux qui ne sont pas coutumiers à tous ces termes n’ont pas à s’inquiéter, il y a un petit lexique. 

Toutefois, l’histoire met du temps à démarrer, mais certains pourront y voir le souhait de l’auteure de bien disposer les personnages et son intrigue. D’un côté, on suit la lutte d’une kami plus humaine que ses sœurs et de l’autre, celle d’une jeune fille qui se considère maudite et qui est embarquée dans une enquête de meurtres de yokai contre son gré. S’il est clair que du côté du 21ème siècle, je n’ai pas du tout apprécié Natsume, Mina n’a pas non plus eu grâce à mes yeux. Quant à Hikari, j’ai été un peu indifférente.

Vous l’aurez compris, malheureusement, je n’ai ni pu m’intéresser aux personnages, ni à l’histoire. Et ceci n’est pas la « faute » de l’auteure, c’est une question de goût. La prévisibilité (que ce soit concernant Hikari ou sur le lien de la double narration qui m’est apparu assez vite), la sensation que pas mal d’événements auraient pu être raccourcis pour qu’on en vienne au but, le rythme lent et les personnages manichéens qui manquaient de nuance n’ont pas permis que j’apprécie vraiment ma lecture.

Je vous met ici l’avis de Les pages qui tournent, et ici celui de Take a break avec Sachi pour vous donner des avis plus enthousiastes que le mien. Le livre est bon, il a les qualités pour plaire, il n’avait juste pas d’atomes crochus avec moi.

Affinités : 

Si vous voulez lire un livre dépaysant où le folklore japonais est abordé, que vous aimez les détails à foison et n’avez rien contre les rythmes qui prennent leur temps pour vous plonger dans des machinations et des enquêtes surnaturelles, ce livre n’a pas de raison de vous déplaire.

Ma note : 12/20

Publicités

17 réflexions sur « Les noces de la renarde »

  1. Aïe, c’est dommage que tu n’es pas accrochée, même pour l’univers :/ Mais c’est vrai qu’il y a pas mal de descriptions, et de répétitions (je pense que tu auras compris que c’était l’hiver xD)
    Merci pour la citation 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Je suis totalement d’accord avec toi concernant le rythme. Beaucoup d’événements auraient pu aller plus vite… On est trop dans la description.
    Mais l’ambiance m’a fait aimer le livre plus que toi. Je te rejoins néanmoins sur les défauts soulevés. 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Désolée du retard 😲 mon application bug (j’ai dû la retirer et la remettre, c’est pas mieux 😅). Oui, j’avais vu qu’on partageait ce point de vue, c’est surtout subjectif pour moi le rythme, j’aime quand ça pétille, c’est pourquoi même le faiseur de rêves très bien écrit m’a fait ressentir de la longueur XD

      Aimé par 1 personne

      1. Pas de souci, je suis souvent en retard aussi ! xD Donc ne t’excuse pas !
        Ha bah on a le même point de vue pour le Faiseur de rêves. J’ai ressenti des longueurs / un rythme linaire aussi malgré la belle plume. Pareil que toi ! 🙂

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.