Super Lovers, Tome 11

Genre : Yaoi

Editeur : Taïfu Comics

Résumé :

super-lovers-tome-11-1211110.jpg

Haru est à l’hôpital depuis une semaine après être tombé dans des escaliers. Quand il revient
à lui, ses frères se rendent compte qu’il a perdu la mémoire et croit avoir dix-sept ans. Il n’a plus aucun souvenir de Ren et va devoir se faire à l’idée
que ce garçon impertinent et désagréable est son nouveau petit frère. Cependant, Ren le prévient qu’il n’est pas « qu’un simple petit frère » et demande à Haru de l’embrasser.

Mon ressenti :

Super lovers étant une série que j’apprécie beaucoup et dont j’adore les dessins, je me suis empressée d’acheter la suite, surtout après une aussi longue attente. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est ici.

L’essentiel du tome se base après l’incident des escaliers : une amnésie de Haru. Encore. C’est la deuxième fois qu’il en a une, l’auteure ne l’a pas oublié et semble vouloir faire passer un message derrière ceci.

Cependant, le message que j’ai perçu reste le même que celui inscrit dans les autres tomes : Haru s’en veut à s’en faire du mal mentalement de la mort de ses parents. Et inconsciemment, il semble se livrer une bataille émotionnelle : dire des choses horribles à Ren pour voir s’il resterait envers et contre tout avec lui, s’il l’aime assez pour supporter tous ses côtés, même ceux les plus tordus.

Et c’est là que ça se casse. Les dix derniers tomes, la psychologie de Haru était claire à mes yeux. Mais pas celle où il a un âge mental de 17 ans suite à son accident, je ne comprends pas pourquoi il s’est ainsi comporté avec Ren…Au delà du fait qu’il ait perdu la mémoire, ce « dégoût » qu’il disait ressentir à son égard et envers lui-même (son lui de 25 ans), m’échappe. A moins que ça ne soit pour montrer en miroir comment un personne « normale » aurait réagi dans un tel contexte, je ne vois pas l’intérêt.

Par ailleurs, l’auteure a remis en avant un personnage féminin qui me répugne sérieusement : Asakura. Elle peint le portrait parfait de l’harceleuse obsessionnelle. Sur ce point, il ne fait aucun doute que cette femme est complètement atteinte et mythomane. Même s’il faut avouer que cela « dynamise » le récit, son retour n’était pas nécessaire, tout comme cette phase d’amnésie. Parce que j’ai beau chercher, je n’ai pas cerné l’intérêt de ces deux éléments scénaristiques, à part pour faire un étalage mental (qui n’a servi qu’à m’embrouiller).

Du coup, j’ai la désagréable sensation d’un tome faisant du surplace….Ce qui est décevant sachant qu’il s’agit du onzième…et que Ren est au lycée, que Kodaka semble être plus qu’il n’y parait parce qu’il s’intéresse trop à la vie des Kaido, qu’on a pas plus d’informations sur le passé de Ren ou sur ses parents biologiques (est-ce que l’auteure compte y venir même ?), et que les vies de Natsuo et des frères jumeaux auraient pu être creusées, ou encore le fait que Haru n’a toujours pas pris une décision une bonne fois pour toute sur son dilemme personnel concernant son amour envers Ren.

Il aurait fallu une avancée, ne serait-ce que de lui faire prendre conscience à quel point il est détraqué et que ça n’a rien de fraternel. Qu’il se ment à lui-même. Le médecin à parler des réalités créées par les gens qui s’auto-conditionnent, ce qu’est Haru, eh bien il aurait fallu creuser ça ou les autres pistes de sa psyché parsemées dans les tomes précédents. C’est dommage.

A voir ce que réserve la suite, en espérant que l’auteure permette à l’histoire de progresser car il y a divers éléments qui méritent d’être mis en avant.

Ma note : 14/20

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.