GIFT – La bête blanche ne voit rien et n’entend rien, Tome 1

Genre : Yaoi

Editeur : Boy’s Love IDP

Résumé : gift-tome-1-1137993-264-432

Yutaka, entraîneur de boxe, fait un jour la rencontre de Kei, un jeune homme étrange aux cheveux blancs et aux yeux clairs, lors d’une bagarre de rue. Sur un coup de tête, il lui donne la carte de visite de son club de boxe, espérant que Kei vienne y participer ; mais lorsque celui-ci débarque quelques jours plus tard, il menace de révéler l’homosexualité de Yutaka au père de celui-ci, un ancien boxeur renommé. En échange de son silence, Kei demande à être logé à l’internat du club jusqu’à sa majorité dans quelques mois ; Yutaka, obligé d’accepter, lui fait tout de même promettre de suivre ses entraînements de boxe.

Toutefois, malgré son désintérêt pour le sport, Kei se révèle très vite doté d’un talent naturel impressionnant…

Mon ressenti : 

Rien dans le résumé ou la couverture ne m’avait donné envie de lire ce manga. J’étais partie avec d’énormes à priori dessus. Mais je l’ai feuilleté, j’ai vu des trucs ayant attiré mon regard, et je ne regrette pas du tout cette lecture, au contraire.

De premier abord, l’histoire peu paraître peu profonde, et le chantage de Kei et ses conséquences m’a sérieusement fait grincer des dents. Toutefois, Ichinose Yuma nous explique le pourquoi du comment, elle a montré ce qu’il se passe dans la tête de Kei et ça a tout changé.

Non pas que ça l’excuse en quoi que ce soit. Plutôt que c’était cohérent avec le tableau qu’elle dessine du personnage.

Ce manga est psychologique et dur. On a la quintessence d’un être humain qui ne l’est qu’en apparence. Il ne ressent pas la douleur, il ne ressent pas la chaleur, ni la joie. Complètement neutre. Ou plutôt, totalement vide. A un stade beaucoup plus poussé que dans Canis

Comme je l’avais dit, ce genre de personnage personnifiant le néant l’est souvent à cause de traumatisme et/ou d’une enfance compliquée. Ceci parce que la majorité du comportement d’un être humain puise dans sa psychologie infantile, à l’époque où l’on se construisait, un événement positif ou mauvais avait souvent un effet décuplé sur la psyché.

14 (1).jpg

Et pour Kei, c’est un amoncellement d’horreur qui l’ont rendu ainsi. Le pire étant qu’il parle avec distance des cataclysmes de sa vie, comme s’il racontait une histoire ne le concernant pas. Pas de surenchère ou d’apitoiement, l’empathie crée chez le lecteur, l’est d’une autre façon, bien meilleure.

J’ai beaucoup aimé la représentation de son « moi-intérieur ». On voit comment c’est dans sa tête, comment il prend des décisions, comment il réagit, ses propres dilemmes. Ça donne vraiment du relief à l’histoire, bien plus de profondeur que je ne l’aurai cru.

28.jpg

Il y a bien de la boxe, ce n’est pas un prétexte : on voit ses entraînements, ses matchs, ses frappes, les mécanismes de ce monde sont abordés, et le trait de dessin de l’auteur est assez fluide, mais c’est surtout la partie drame et psychologie qui sont les atouts de ce manga. La boxe est utilisée comme levier pour montrer cela.

Quant à Yutaka, n’ayant jamais pu être la fierté de son père, n’ayant jamais pu être le réceptacle de ses espoirs, il cache son homosexualité avec une peur viscérale qui s’apparente à de la lâcheté et tombe droit dans la toile de Kei. Il est naïf et gentil… Beaucoup trop. Le contraste entre ses deux personnages est vivace.

La façon dont il va apporter un peu de chaleur dans cette poitrine creuse continuera de montrer au lecteur à quel point Kei est complètement cassé et déshumanisé. Mais lui, il ne percevra pas à quel point il l’est. Il y quelque chose de profondément triste à ce constat. Même des phrases simples dénuées de malveillance, Kei ne les comprends pas. Il pense que s’il n’accomplit pas les souhaits de Yutaka, ce dernier finir par le vendre…

Est-ce que cette bête à l’apparence humaine finira par guérir ?

Affinités : 

Si vous voulez lire un yaoi maniant boxe, drame, psychologie, et que vous n’avez pas peur de lire des sévices faites à un enfant, Gift peut vous intéresser.

Ma note : 16/20

2 réflexions sur « GIFT – La bête blanche ne voit rien et n’entend rien, Tome 1 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.