Ashlon

Genre : Dystopie, Young-Adult

Editeur : J’ai lu

Résumé : ashlon-1142706-264-432

A Aurora, chaque citoyen a sa place, mais une place se mérite.

L’avenir de Sigal, destinée à transmettre le Savoir, semblait tout tracé avant que sa sœur ne fasse une chute fatale. Contrainte de prendre sa place au cœur de l’Essaim, le bras armé de la cité, la jeune femme de 18 ans est propulsée dans un univers impitoyable et lutte chaque jour pour se montrer à la hauteur de sa mission.

Lors d’une ronde, le destin met sur sa route un inconnu dont la présence sur le territoire est sans doute illégale. La LOI voudrait qu’elle le dénonce, voire qu’elle le tue. Or, pour une raison obscure, Sigal n’est pas certaine de pouvoir s’y résoudre. Et cela pourrait lui valoir de très gros ennuis…

Mon ressenti : 

Eh bien, vous connaissez ma faiblesse pour les jolies couvertures et les résumés aguicheurs, alors j’ai cédé. Bien qu’il n’était pas du tout prévu sur ma wish-list.

Il s’agit d’une dystopie car l’auteure nous place dans un contexte d’après guerre, dans un monde soumis à une nouvelle autorité et un autre régime, la société que nos connaissons ayant disparu. Mais à certains égards, cela me faisait penser à de la fantasy, avec ces cités et royaumes, ces guerriers et guerrières.

Un splendide hybride.

Il faut le dire, l’auteure n’a pas crée son monde pour faire joli. Elle détaille tout, chaque élément de fonctionnement d’Aurora, à travers les yeux de Sigal. Même le système des ordures. De manière intelligente, évidemment, et sa plume est vraiment quelque chose d’exquis que j’ai apprécié. C’est un peu plus recherché, mais ça reste très fluide. 

Ce qui peut donner lieu à quelques petites longueurs mais les férus de descriptions ne broncheront pas.

Aurora est une cité matriarcale qui vit en autarcie et où les femmes sont dirigeantes selon la Trinité : la caste du Pouvoir (les Magistrates), du service du Devoir (les Elites) et de l’ordre du Savoir (les Cyans). Quant aux hommes, ils ne sont là que par besoin, et quittent obligatoirement durant 7 ans la cité avant de revenir en guerriers prendre une épouse. Comprenez par là que tout ce qui touche aux instance de la Trinité ne les concerne pas et ils sont surtout utiles pour apaiser la soif charnelle. Ils sont d’ailleurs appelés tout le long du livre « étalons » ou »mâles ».

Les femmes au pouvoir, j’ai toujours apprécié ce genre d’histoire. Mais ce qui est bien, c’est qu’au fur et à mesure de la lecture on se rend compte que ce n’est pas juste ça, qu’il y a de la nuance et qu’en fait, les femmes ne sont pas si libres qu’on le croit au tout début. Au contraire, et cela, c’est à vous de découvrir pourquoi.

Ce qu’il faut savoir, c’est que Sigal est une Cyan devenue Elite à la suite d’un accident de sa sœur ainée, la fierté de la famille. Et là aussi, les nuances sur les liens de cette famille arriveront par la suite, ce n’est pas ce que l’on croit dès entrée de jeu.

Si j’ai su où l’histoire mènerait, et quelles étaient les ficelles de l’intrigue, ce n’était pas non plus flagrants et l’auteure l’avait si bien mené que ça ne m’a pas dérangé. Je n’ai pas eu d’interrogations ou de surprises, mais c’était très plaisant à suivre.

Et surtout, l’histoire d’Ashlon, le personnage en lui-même étaient très travaillés. Cyan n’est pas une guerrière, son caractère non plus, et donc son impuissance à certains moments me dérangeait mais elle a une langue de feu et une belle répartie, faisant que c’était un bon personnage avec ses qualités et ses défauts.

Pour la romance, on se doute de comment elle débouchera, mais elle est joliment écrite et dite. Les scènes d’étreintes le sont aussi. 

« Sur la terre comme en mer, face aux vents et aux tempêtes, de l’aube au crépuscule, sous la Lune et le Soleil, je jure de t’être fidèle. Avec mon cœur de t’aimer, avec mon corps de t’honorer, avec mes lames de te protéger. Tes rêves deviennent les miens, tes combats sont les miens. Je prends tout ce que tu es et te donne tout ce que je suis. Une seule lame, une seule âme à jamais unies. »

Pour ce qui est des personnages secondaires, eux aussi, ils jouaient bien leurs rôles, avec quelques traits caricaturaux toutefois pour les antagonistes, mais là encore, c’est un détail acceptable tant cela collait au contexte et surtout, la perversité et le côté tordu de certains mettaient de l’eau dans mon vin.

Affinités : 

Si vous voulez découvrir une dystopie à la frontière de la fantasy menée par une très bonne plume et des états de faits qui seront inébranlés par la suite, ce livre pourra vous séduire ! Il repose surtout sur l’aspect politique et la romance est une part non négligeable mais bien que prévisible, cela ne fait pas grincer des dents et n’apparaît pas dès le départ. Il y a aussi de l’action, et si vous accrochez à Ashlon, vous aimeriez un tome 2 (il n’y en a pas, c’est un tome unique).

Ma note : 16,5/20

4 réflexions sur « Ashlon »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.