Éclats d’âme – L’intégrale

Genre : Seinen

Editeur : Akata

Résumé du tome 1 : Quand ses camardes de classe découvrent dans l’historique de son téléphone des traces de porno gay, Tasuku Kaname ne souhaite qu’une chose : mettre fin à ses jours. Mais alors qu’il était au bord du désespoir, il voit une jeune femme tomber d’une fenêtre. Sous le choc, il se précipite vers la maison de laquelle elle a sauté mais découvre que rien ne lui est arrivé. Confus par les événements et instinctivement attiré par cette mystérieuse personne, il décide de lui parler de sa mésaventure du jour. Elle l’invite à revenir chez elle le lendemain, lui expliquant qu’il découvrira qu’il est loin d’être le seul dans son cas…

A défaut de présenter ce manga dans le format focus, je vais en parler par tomes, car tous ont leur lot d’éléments et chaque a été différent à mes yeux. Du tome 1 à 3, je ressentais une certaine distance émotionnelle, mais le dernier tome (le tome 4) m’a bouleversé. Evidemment, il n’y aura aucun spoil (même avec les images).

Éclats d’âme est un manga très imagé dans le sens où l’environnement semble se plier aux sentiments du héros. Un ciel noire quand ça ne va pas, des nuages quand il est embrouillé, et puis un tourbillon pour son mal être. Des éclats d’âme, quand l’émotion est trop forte.

52113317_1010002979207459_5587974922811998208_n.jpg

J’ai apprécié cet aspect des dessins, les regards qui signifient plus que de simples coups d’œil, la manière dont est abordée ses émois, sa difficulté à en parler, à le dire et s’exprimer même en présence de personnes qui s’affirment sur leur orientation et qui sont bien avec ça. L’auteure dépeint aussi à travers ses personnages, les conséquences d’un coming-out qui passe mal, un mensonge pour se protéger qui détruit plus qu’autre chose et puis une mystérieuse hôte aux allures éphémères et inconstantes qui « fait parler mais qui n’écoute pas » 

Tu peux parler, mais je ne t’écouterai pas.

Le tome 2 élargi l’horizon sur l’identité des personnes et leur orientation sexuelle, qu’une femme se sent femme et en aime une autre, qu’un homme veut changer de sexe et aime les hommes et autres…Mais surtout, ici on se centre sur une personne qui se cherche encore par le biais d’un garçon qui n’a pas la langue dans sa poche. Mais son caractère ne m’a pas permis de m’attacher à lui. Misora est le genre à blesser avec sa langue ceux qui l’ont blessé involontairement. Tout comme Tasuku, je n’ai pas su le comprendre.

52047675_303171683723489_3166519047621705728_n.jpg

Le tome 3 aborde le fait que certains pleins de bonnes intentions sont étouffants, à vouloir comprendre, à faire comme s’ils comprennent parfaitement ce que ressentent leur interlocuteur alors qu’ils n’ont jamais été dans pareil situation…Il y a une forme de supériorité inconsciente dans leur façon de parler de la chose, à voir ça comme un « handicap »…Mais plus encore, l’auteure met au centre les relations humaines et les problèmes de communication. Ils blessent plus qu ‘autre chose, la plupart du temps. Ça m’a hérissé le poil cette manie à s’entêter d’utiliser le pronom féminin et l’ancienne identité d’une personne ayant changé de sexe, c’est un tel manque de respect et de tact ! Mais je regrette quelque chose concernant ma lecture. J‘ai l’impression de ne pas pleinement comprendre le manga car il y a certaines réactions qui me paraissent si disproportionnées, si pleine de méchanceté et seulement de méchanceté, que je n’arrive pas à savoir ce qui motive ceux qui disent de telles paroles, ni pourquoi ils les disent…

52373517_261050794821772_8902563294380818432_n.jpg

Le tome 4 est le plus beau de la saga à mes yeux, celui qui m’a émue. J’avais une certaine distance émotionnelle avec les tomes précédents malgré le fait que ça soit une bonne lecture abordant divers thèmes intéressants : idées préconçues, volonté de tout mettre dans des cases, de tout cataloguer, comme si c’est être gay ou asexuel qui défini la personne alors qu’elle est plus que ça, son identité, sa richesse d’âme ne s’arrête pas à ça.

Et le mal que l’on peut faire en étant ignorant, endoctriner par la société ou la bêtise des parents, indifférent aux mots prononcés et à l’impact vis-à-vis des autres.L’auteure appuie sur le fait que le coming out n’appartient qu’aux gens concernés, nul n’a le droit de se permettre de les devancer, c’est leur vie, ils ne sont pas des attractions, chercher à comprendre forcément n’est pas nécessaire, laissez les gens vivre comme ils sont, comme ils l’entendent et le ressent, c’est la bonne manière de faire.  On ne demande pas à un hétérosexuel de se justifier, alors pourquoi le faire pour les autres?  Les mettre dans des cases et les stigmatiser, « ces gens là » sans vraiment prononcer le mot, comme s’il s’agit d’un tabou, et plus encore…

Mais à travers tout cela, elle a abordé aussi un autre thème, en se focalisant sur un autre personnage, montrant qu’elle n’en a oublié aucun et que tous ont quelque chose à raconter, une vie, des émotions,  et qu’ils sont tous importants…Je ne m’attendais pas à ça, j’ai trouvé son histoire à la fois triste et belle, et c’est ce qui a fait de ce tome mon favori. Il était tout simplement, vraiment émouvant. Il faut le lire pour voir de quoi je parle.

L’autre plus du livre a été « l’hôte », dont on en a appris plus, et qui était un personnage épuré marquant une certaine liberté de vie, une philosophie sans entraves sans contraintes. Juste d’être.

Affinités :

Ils s’adressent à tout le monde. Il y a un véritable aspect pédagogique dans cette oeuvre à travers chaque page, chaque parole et personnage. Il y a le ressenti de chacun, l’effet du silence, l’effet du partage de son secret, de sa peur du rejet, de la réaction de la société à son encontre, de sa volonté de vivre, de son désir de juste être. Cette oeuvre s’adresse à petits et grands. Il y a une mise en situation réelle, de vraies pensées, paroles, que même une personne non homophobe dirait et qui blesserait son vis-à-vis. Lire ce manga ne peut être que positif. En faire un coup de cœur ou pas relève du subjectif. Le tome 4 m’a juste émue par quelque chose que j’ai toujours, personnellement, trouvé de beau et qui y était abordé. Mais tant de personnes ont si aimé cette oeuvre qu’ils ne faut pas en retenir les notes que j’y ai mise, mais plutôt les messages qu’il contient.

Ma note des tomes 1 à 3 : 14,5/20

Ma note au tome 4 : 18/20

5 réflexions sur « Éclats d’âme – L’intégrale »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.