Focus sur Love Stage

Genre : Yaoi

Editeur : Taifu Comics

Résumé :

Sena Izumi est le dernier né d’une famille composée uniquement de personnes célèbres et talentueuses. Malheureusement pour lui, il est loin de respecter la norme familiale. Sena est un Otaku fan de « Magical Girl LalaLulu » et ne rêve que d’une chose : devenir un mangaka ! Cependant, un jour, il finit par apparaître malgré lui dans une publicité. Ne pouvant refuser, cette expérience restera un très mauvais souvenir pour lui. Dix ans plus tard, Sena voit son passé refaire surface quand il retrouve Ichijou Ryouma, un jeune acteur très populaire, avec qui il avait tourné LA fameuse publicité …

Mon ressenti : 

Love stage est une ancienne licence de Taïfu comics et se classe plutôt dans le genre très « soft » comparé à mes autres lectures (In these words, Deadlock, 10 count..)

Soft parce qu’il est assez doux et plutôt drôle. Et qu’il n’y a pas de « réelle » intrigue, c’est plutôt un contemporain, montrant la vie « de tous les jours » d’un jeune otaku né dans une famille de célébrités. Un fort aspect « young » est donc présent dans cette oeuvre.

Le tome 1 pose donc les bases avec humour sous un trait assez plaisant. Dans cette famille d’artistes assez excentriques, Izumi qui a clairement cette fibre, tente de devenir mangaka alors qu’il n’a aucun talent dedans. Sa vie se transforme alors en tourbillon d’événements inattendus à cause du fait qu’il se soit déguisé en fille à deux reprises pour tournée une publicité. C’est ce qui arrive quand on tape fortement dans l’œil de son partenaire qui est persuadé que l’on est une femme. 

50500554_242352289990390_4775603737337004032_n

A partir de là, on peut facilement imaginer les quiproquos qui naîtront de cette situation et les réactions des divers protagonistes. Que ça commence mal pour finir bien. Il n’y a donc pas suspense dans ces tomes, il ne faut pas s’attendre à des événements imprévisibles. L’intérêt sera donc de purement suivre l’évolution de tout ceci avec légèreté. 

50116486_392641594640079_7084904324072996864_n.jpg

Comme vous pouvez le voir, les personnages ont plutôt une allure androgyne, un visage anguleux et Izumi est fortement féminisé (mais pas constamment érotisé). Son allure change complètement quand il porte ou non ses lunettes de vue. Et les déboires que je reproche habituellement aux yaoi concernant le consentement ne sont pas présent ici comme cela peut l’être dans Viewfinder, par exemple. Si parfois pour « pimenter » la lecture, il y a eu une esquisse de ce genre de chose plus que discutable, c’était très vite avorté pour ne pas entacher le côté « fun » de la série. 

En lisant cette histoire, vous allez donc  suivre l’évolution relationnelle entre Ryoma et Izumi sachant que tous deux ne sont pas attirés par les personnes du même sexe et constater à quel point elle peut être fragile, surtout avec les diverses embûches (assez clichées parfois) sur leur chemin. Vous allez voir Izumi être confronté à la réalité concernant son « manque de talent » en dessin, le voir se décider ou non à suivre les pas de ses parents et de son frère dans le monde des artistes et le côté sombre du show business(comme se faire stalker).

Ce qu’il y a donc à retenir de cette histoire est l’humour, l’aspect jeune et léger car ça se concentre sur les amours d’adolescents, la forte dose de douceur présente dans l’histoire, la dynamique amusante crée avec les autres personnages de la série (il y a d’autres couples que l’on suit en parallèle)

Si je devais rajouter quelque chose, ce serait concernant le dernier tome marquant la fin  des aventures de Izumi et Ryoma. Bien que j’ai ri dans ce tome et que ça se termine en happy end, le condensé d’événements farfelus et de causes ridicules des « éléments perturbateurs » l’ont un peu terni par rapport aux autres.  Mais bon, les fins ne conviennent jamais vraiment à tout le monde.

Affinités : 

Comme je l’ai dit, cette saga est très sympathique si vous voulez lire un yaoi sur des amours d’adolescents qui se découvrent et qui n’ont aucune expérience, qui feront des erreurs et qui auront des blocages sur l’aspect physique (comme le fait que Izumi ne puisse pas être le « dominant » durant les rapports). Il n’y a pas à proprement parler de « message, » (mis à part celui qu’en amour, ce n’est pas le sexe/genre d’une personne qui compte et que c’est la société qui force à « vivre caché »), c’est vraiment un yaoi doux/tendre et humoristique (avec tout de même des passages très explicites), pour passer le temps.

Ma note à l’intégralité : 14,5/20

Publicités

11 réflexions sur « Focus sur Love Stage »

  1. Je me souviens avoir acheté ce yaoi pour ses dessins il y a quelques années ! J’aime bien le tracé et les tons un peu « pop » de la couverture. Sinon comme tu dis, c’est mignon, léger, tendre et drôle ! Je n’avais lu que les 3 premiers tomes en revanche :-). Combien y’en a-t-il en tout d’ailleurs ? Belle journée !

    Aimé par 1 personne

      1. 😂😂 J’ai ris mais je comprends tout à fait, 6,90 euros par exemple multiplié par plusieurs tomes ça fait une somme supérieur à un roman de 2-4 tomes par exemple. Surtout que ça se lit plus vite. Mais bon, je suis dans les mangas depuis mes 3 ans donc je doute en sortir un jour

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.