Mimic Royal Princess, tome 2

Genre : Shojo

Editeur : Doki-Doki

Résumé : mimic-royal-princess-tome-2-549058-264-432.jpg

Devenir princesse n’a rien d’un conte de fées… surtout pour un garçon !

Deux ans ont passé depuis la tragédie. Albert, jeune adolescent issu d’un modeste village de pêcheurs, prend la résolution de continuer à incarner la princesse Alexia après l’assassinat de cette dernière. Mais la réalité le rattrape très vite et le confronte à l’une des obligations les plus importantes d’une princesse : se fiancer avec l’un des prétendants d’un pays voisin et lui donner un enfant…

Pendant ce temps-là dans le royaume, la tension monte… un vent de révolte se lèverait-il contre le régime en place ?

Toujours dans un style très baroque Utako Yukihiro nous entraîne dans la suite très attendue des aventures d’Albert !

Mon ressenti :

Vous n’imaginez même pas à quel point je bave sur les couvertures de cette saga. Outre ce détail superficiel de fangirl que je suis, on a droit à un excellent 2e tome !

Il n’y a pas de pause ! La révolution s’est enclenchée et on a eu d’importantes révélations dont on se doutait déjà. Sauf que l’auteur perturbateur de la fin du tome 1 (eh oui, pas de spoil) le chef de tout ce bordel était quelqu’un auquel on ne penserait pas directement ! Et ça fait plaisir ! Cette personne amène avec elle moult autres mystères. Et d’autres personnages se joignent à l’aventure !

téléchargement.jpg

Au risque de me répéter, ce tome a une couverture encore plus belle que le premier tome ! Theo est devenu un véritable beau gosse (son regard, seigneur…) et Al a l’air très féminin. ça donne presque envie qu’ils forment un couple mais ce n’est pas du yaoi donc bon ! On oublie !

shounen-oujo-3661773.jpg

Toutefois, les auteurs jouaient précisément déjà sur ça, ce côté ambigu entre deux hommes de stature différente. La féminité d’un homme, le statut que ça peut lui conférer par rapport aux autres, la haine qui se voue entre ceux castrés pour parvenir à ce stade, ceux gardant tous leurs attributs et haïssant les femmes, et enfin les femmes, au sommet de cette chaîne alimentaire qui traitent encore plus mal que ce qu’on ne croirait possible les hommes.

Une sorte de prisme déformant notre réalité.

Un régime instable qui ne peut qu’éclater. 

Ma note : 16/20

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.