Divergente, Tome 1

Genre : Young-adult, dystopie

Editeur : PKJ

Résumé : divergente-tome-1-275408.jpg

ELLE EST DIVERGENTE.

ELLE EST EN DANGER DE MORT.

Dans un monde où on ne peut appartenir qu’à une seule faction parmi 5, une jeune fille apporte le chaos.

Dans un Chicago post-apocalyptique, la société est divisée en 5 factions : les Altruistes, les Audacieux, les Sincères, les Érudits et les Fraternels. Chacune est consacrée au culte d’une vertu dans l’espoir de créer une civilisation parfaite. Les enfants grandissent dans la faction où ils sont nés. À 16 ans ils doivent choisir quelle sera la leur, pour la vie. Avant de prendre cette décision, ils passent des tests pour connaître la vertu la plus proche de leur personnalité. Pour Beatrice, issue d’une famille Altruiste, le choix s’annonce plus difficile encore.

Son choix ne sera pas sans conséquences. Il apportera le chaos mais lui fera aussi découvrir l’amour…

Mon ressenti  :

Je n’avais pas saisi que ce livre était dans les petits papiers de beaucoup de personnes. Je voyais que les films sortaient mais je n’en avais vu aucun. C’est parce que je l’ai vu dans la crème et qu’il y a beaucoup qui en disent du bien que je me suis décidée à lire ce roman. Je regarderai les films après avoir tout lu.

Je ne peux pas avoir un avis très clair dessus en fait. Je trouve une sorte d’égalité entre les points forts et faibles de la série. Je vais décrire le tout en étapes assez concise pour essayer de m’exprimer précisément.

Points positifs.
C’est écrit simplement. Ce n’est pas lourd, ni indigeste. Pas de descriptions assourdissantes non plus. Je reconnais que c’est originale. Cette idée de classer une population par émotion pour éviter les guerres. Les choses sont bien posées, l’auteur nous explique pas à pas le monde qu’elle à mis en place et par la divergence de l’héroïne, notre curiosité est piqué à vif pour comprendre ce que c’est et surtout pourquoi il est défendu de le clamer partout. Le fait qu’il y ait une initiation assez propre à chacun aussi, elle nous l’explique et dès lors, chez les Audacieux, je me suis dit qu’ils confondaient courage et bêtise. Et surtout : force avec cruauté. Ne parlons même pas de leurs terribles jalousies.

Points neutres
Le roman est plaisant, mais je n’ai pas trouvé d’addiction en le lisant. Il y a de l’humour mais les répliques ne m’ont arrachés qu’un sourire. Le monde crée n’est pas idéaliste. Il y a les sans-factions. Et on voit aussi que malgré tout, les hommes sont restés des hommes. Voir de parfaits petits représentants de la faction sans un grain de faute m’aurait sans aucun doute fait crier car l’homme est et restera toujours un être imparfait. Ensuite, c’était relativement « calme » tout au long des étapes sauf vers la fin où là ! mon intérêt à clairement été chauffé à blanc. Et j’avoue que vu le calme du début, je ne m’attendais pas à ce genre de morts. Les gentils meurent; les méchants vivent. Cool.

Points négatifs
Ce que je pourrai juger de négatif c’est la « platitude » qui se ressors de certains passages. Mais ils sont peu nombreux. Il n’y a pas vraiment de suspens je trouve. Lors de l’examen au début du tome, on comprend facilement à quoi corresponds les épreuves que Béatrice passe. On sait aussi que ce sera une divergente. On comprends qui sont les méchants, ce qui va s’en suivre, les péripéties que les failles dans leur système va entraîné car oui, ce système est bourré de failles.

J’ai dit que l’idée de créer des factions par émotions était intéressante. Certes. Le problème c’est qu’il y en a trop peu ! On ne peut pas cataloguer les êtres humains (créatures bourrées de défauts et de sentiments complexes et divers) en cinq factions ! C’est trop peu !

La preuve, les Erudits calomniaient les Altruisites. En soi, c’est déjà un problème. Mais en plus, créer UNE faction sachant se battre, ah mais non, c’est grave. Ils se sont pas dit que si cette faction pétait un câble pour x raison les quatre autres étaient dans la mouise ? Non ? ben moi j’y ai pensé. Je le sais bien que c’est fait exprès, sinon le livre serait plus complexe mais bref ça m’a dérangé. Ils étaient censé protégés les autres et au final c’est eux qui les déciment. Rien d’étonnant, la force est de leur côté.

Le piiiire, c’est qu’ils ont même pas pensé qu’en conférant peu de pouvoir à ceux qui crevaient de sentiments envieux (en soi, tout le monde sauf les altruistes) ils allaient forcément faire péter leur système ? Un membre de chaque faction pour le conseil m’aurait paru plus crédible pour diminuer les chances de renversement. Je sais pas si je suis clair. L’intérêt (convoitise etc) a disparu des Altruistes, pas des autres donc bon, erreur dans l’équation.

Et puis, pour finir, rien n’empêche à un malhonnête ou même plusieurs, d’aller dans la faction qu’il veut, de réussir l’initiation et de mettre la pagaille et petit à petit semé un foutoir général.

Voilà. Mais c’était un bon tome. Je lirai les deux autres pour voir comment ça se finit.

Affinités : 

Il peut plaire aux lecteurs férus de dystopie, ne recherchant pas forcément de l’action entre les pages et appréciant un développement calme du monde.

Ma note : 12/20

Publicités

7 réflexions sur « Divergente, Tome 1 »

      1. Je ne savais pas à l’époque que ça existait en livres… C’est mon homme qui m’a fait regarder les films… et du coup, je me suis demandée si ça valait la peine de les découvrir en bouquin même si j’avais trouvé l’idée sympa. 😉

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.