Les aventures improbables de Julie Dumont

Genre : Chick Lit, Comédie

Editeur : Pygmalion

Résumé : les-aventures-improbables-de-julie-dumont-741075-264-432.jpg

Il y a des filles qui n’ont pas de bol. Celles qui ont tiré les mauvaises cartes dès le début. Celles-là, on n’a ni envie de les engueuler ni de leur tirer dessus. Puis il y a celles qui prennent les mauvaises décisions quoi qu’il arrive. Bref, les filles à emmerdes, celles qu’on a envie de gifler ou d’étrangler. J’appartiens clairement à la deuxième catégorie. Oh, je ne m’en glorifie pas. C’est un état de fait. J’attire les catastrophes. Quoique je dise ou quoique je fasse, il y a toujours un couac. Celui du jour est sans nul doute de m’être portée au secours d’un type qu’une bande de fous furieux venait de balancer nonchalamment dans un fossé. Parce qu’une chose est sûre : si j’avais su dans quoi je mettais les pieds en ramassant ce porte-poisse, j’aurais tourné les talons (des Jimmy Choo) et poursuivi ma route sans me retourner. Mais la curiosité est un vilain défaut et, dans le petit bourg de province normand où j’ai grandi, les secrets, les drames et les bagarres prolifèrent aussi vite que l’herpès et les cancans finissent toujours par rattraper les coupables…

Mon ressenti  :

J’ai pris ce livre car beaucoup d’avis témoignaient d’un humour mordant, et qu’en plus, il y avait un cadeau offert. J’ai saisi l’offre, une pierre deux coups pour l’offrir à ma mère. Tout ça pour dire que ce n’est pas du tout le registre de livre auquel j’ai l’habitude. Mais vraiment pas du tout. Cependant, c’était l’occasion de changé et vu que j’adore totalement Rebecca Kean, j’y suis allée en espérant que ça me plairait.

Résultat : c’était sympathique. Sans plus. Je lis principalement du fantasy/fantastique car autrement, la lecture m’ennuie et je trouve le livre fade. Ici, je n’ai pas trouvé l’histoire passionnante mais ce n’était pas ennuyant. Juste un livre que l’on lit pour passer le temps ou parce que l’on a rien d’autre pour l’instant.

Julie est un personnage assez plaisant en soi et tout au long, à s’attirer des ennuis, je l’ai apprécié. Mais ces tentatives pour tenir son entourage en respect est vraiment trop maigre. Pour sa coupe de cheveux par exemple, rien ne l’empêchait de réellement empêcher ça. Et pour sa mère qui parle sans cesse, il y a toujours un moyen d’obtenir le silence.
Le grand-père salace m’a bien plût par contre mais le reste des personnages m’ont laissé indifférent et je ne m’en rappelle déjà même plus du quart. Sauf la mère qui m’a dégoûté. Je n’aurai pas pu supporter une femme pareille. Que les cieux soient loué, je n’ai pas une telle mère.

Le problème se situait plutôt vers la comédie. Je voyais où étaient les blagues mais je ne riais pas. Assez embêtant, en effet. Au contraire, ce qui me faisait sourire (j’en ai eu quand-même pas mal mais extrêmement peu de rires) c’était des trucs que je doute soient faits pour ça. Par exemple, quand Mathieu dit « j’ai eu un coup de nerf et je l’ai cogné », là j’ai ri.

Après, je suppose qu’il y a des variantes pour les humours douteux comme les miens.

Bref. Concernant le scénario, rien de folichon, on constate juste que tout est tellement appuyé pour induire le lecteur à penser tel chose sur l’identité du meurtrier, qu’au final, sans avoir à ruser, on découvre son identité, ce qui est embêtant.

Donc s’il y a une suite, je doute que je la lirai.

Affinités : 

Ceux qui sont intéressés par une comédie du genre enquête et qui aiment l’écriture de Cassandra O’Donnell pourraient être séduits.

Ma note : 12/20

Publicités

8 réflexions sur « Les aventures improbables de Julie Dumont »

    1. Oui la relecture fait parfois cet effet. Après comme je l’ai dit, j’ai un humour assez tordu (imagine mon visage impassible quand il y a des blagues en publique mdr, ou sinon les grands silences quand je ris de manière inopinée 😂), beaucoup ont trouvé ce livre très drôle. Peut-être que c’est pour ça que tu l’avais adoré à l’époque. Par exemple, pour Rebecca Kean que j’ai connu au lycée (vers mes 16 ans) je ne voyais pas forcément des « défauts » que je remarque à présent en relisant. Par contre pour d’autres (les chroniques de Mac) je deviens encore plus mordue 😂👌

      Aimé par 1 personne

      1. Les chroniques de Mac c’est pas de Cassandra, c’est de Karen Marie Morning (J’ai fait un focus sur les deux séries sur mon blog)
        Mais si tu parlais des autres œuvres de Cassandra, bah je peux rien dire car je les ai pas lu non plus 😅 (sauf la légende des 4 qui est un jeunesse /fantasy ! Sur le blog aussi). Parce que la romance simple m’ennuie vite (les sœurs charbet, je sais pas comment ça s’écrit, qui est d’elle aussi), et Malenfers une BD jeunesse (parce que je m’en sors pas assez avec les romans, les séries, films et manga pour me refourrer dans le monde de la BD mais ça reviendraaaa. J’ai fait une gigantesque pause dans les Comics genre marvel et DC, doonc les films je fais en sorte de tous les voir !). Bref ! Si tu es tentée par les chroniques de Mac, plonge ! (sauf si tu n’aimes pas l’urban fantasy et les personnages badass mdr)

        Aimé par 1 personne

      2. En fait, c’est surtout que j’ai beaucoup de mal à lire… les MF (si on reste sur la romance). Beaucoup de lassitudes. 😦
        J’en lis encore un peu mais ça me transporte moins.
        Je pensais à la Légende des 4 qui me fait de l’œil. Mais comme j’ai le porte-monnaie qui ne suit plus, il est dans ma Wishlist.
        Pour Karen Marie Morning, j’en ai entendu beaucoup de bien mais je ne sais pas trop si ça me tenterait aujourd’hui. Je jette un œil sur ton blog dans la soirée.

        Aimé par 1 personne

      3. Aaaah…la lassitude du MF, je connais oui, (j’en ai entendu parler plus exactement, moi j’ai parfois des envies plus fortes de lectures que d’autres mais pas de lassitude). Je lis de l’homo-romance depuis que j’ai 13 ans (surtout sous forme de yaoi, en romans ça courrait pas les rues à l’époque), j’aime toujours autant les deux genres), mais je vois ce que tu veux dire 🙂 d’autres lectrices ont ce syndrome.

        Aimé par 1 personne

      4. Le problème, ça me fait sourire parce que j’en parlais ce matin en plus, c’est que le MM arrive à m’agacer aussi maintenant. Donc, choisir mes lectures est un vrai défi depuis des semaines. Parfois je passe deux jours face à ma PAL sans savoir quoi faire avec… Je vais jusqu’à regarder ce que mon kindle me propose… d’où le fait que je veux sérieusement me pencher sur les mangas pour changer un peu. Et en avoir sous la main quand je ne sais plus quoi faire. C’est comme si je faisais une overdose. En plus, je suis une adepte de romantique suspense et j’ai l’impression que j’ai fait le tour du genre en homoromance. Ce qui est loin d’être vrai mais comme Ça reste moins médiatique, faut creuser un peu plus. Et là, j’ai déjà moins le temps pour ça.
        Donc je reste fidèle à certaines auteures comme Georgia Caldera pour le MF, à Tamara Balliana aussi entre autres. Mais je n’ai plus envie de tout ça aujourd’hui. Peut-être que j’y reviendrai un jour.

        Aimé par 1 personne

      5. Oh oui, des fois, c’est parce qu’il y a une overdose de genre, donc la lassitude se ressens, tout comme le besoin de varier. Surtout que certains schémas se dessinent parfois même quand ce n’est pas le même auteur. Les mangas sont un bon choix de diversité 😉👌 yen a pour tous les goûts.

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.