Comment sortir avec un super héros quand on est un super vilain ?

Genre : MxM, Young adult

Éditeur : Mxm-Bookmark

Résumé cover150258-medium2137672971.png

Des super-héros. Des méchants larbins. Et un sacré conflit d’intérêt.Faire partie de la famille d’un super-vilain n’est pas un gros problème pour Pat West. Certes, sa mère tente à l’occasion de conquérir le monde, et alors ? Tout ce que lui veut, c’est finir ses études et devenir urbaniste.

Le fait qu’il se transforme parfois en larbin diabolique… ça, ce n’est qu’une tradition familiale.Et puis un jour, Pat couche par accident avec /Silver Paladin/, le super-héros également connu sous le nom de Nick Anderson, un millionnaire reclus. Ce n’est qu’un malentendu.

Pat n’a jamais eu l’intention de se faire passer pour un prostitué, il le jure. N’empêche qu’il se retrouve bientôt complètement dépassé par la situation, surtout quand il commence à développer des sentiments pour le pire gars possible.Quand sa mère réapparaît pour mettre le monde à ses pieds, Silver Paladin s’empresse de la contrer… et tous les secrets de Pat menacent de lui exploser au visage. Comment pourrait-il associer sa vie de larbin à ses sentiments pour un héros ? Nick l’aimera-t-il assez pour passer outre ce qui les sépare ? Ou perdront-ils tous les deux ce qu’ils chérissent le plus ?

Mon ressenti :
Tout d’abord, je remercie NetGalley et Mxm Bookmark pour m’avoir permis de découvrir ce livre.Comment sortir avec un super héros quand on est un super vilain ?Le titre accrocheur m’a poussé à lire ce livre. Le résumé aussi. Ça promettait une originalité indubitable et je suis une partisane des super héros/super vilains. En films, mangas ou comics.

Eh bien, j’avoue que ce n’était pas du tout ce à quoi je m’attendais. L’histoire est très cocasse, l’intrigue extrêmement décalée, les vilains et les super héros surtout. Je me dis que c’est justement fait exprès. Que l’histoire se veut légère, loin de l’habituel scénario sur les héros. Voire assez ridicule sur les bords. A grands coups de rire machiavélique et de discours dominateurs servis par les divers acteurs, je me suis fait une raison. Bien que je n’ai pas pu apprécier le fond. Ni certaines longueurs dans le descriptif de plan du mal, ou de repaire.

Car mis à part pour cela où on est fourni en détail, on ne sait pas grand chose sur l’extérieur, sur l’univers vraiment, sur leur monde. C’est assez superflu et superficiel en même temps. On a pas des détails essentiels sur certaines données, mais on en a à foison sur d’autres, pour lesquelles on pouvait se passer.

Si ce n’est pas le scénario et l’histoire que j’ai aimé, qu’est-ce qui m’a plut ?

La plume assez fun de l’auteur.

Bien qu’écrit à la 3e personne, le point de vue est celui des réflexions de Pat avec une forte immersion dans sa tête. Ce côté bazar fulgurant ne m’a pas dérangé. Ça ajoute de la personnalité au livre, puisque ce n’est pas écrit dans un genre mélodique.

-Bref, ce n’est pas grave si tu ne veux pas rencontrer mes parents. Tu n’as pas à le faire si tu ne veux pas. Pas tout de suite, en tout cas. Ils vont te kidnapper à un moment si tu ne te montres pas de ton propre chef, mais ils sont vraiment occupés alors cela prendra un moment.

Nick eut un rie rauque, supposant évidemment que Pat exagérait (il n’exagérait pas).

Quoi d’autre ?

J’ai aimé les deux personnages principaux. Nicholas et Patrick (je trouve ce prénom horrible, je pense direct à l’étoile de mer dans Bob l’éponge).

Mon favori était Nicholas. Ce personnage est le marbre froid et droit incarné. En apparence et dans son rôle de Paladin surtout. Son flegme habituel et son manque d’expression on fait de lui un personnage original et différent. Surtout, qu’il est plutôt jeune et terriblement maladroit dans les relations humaines. J’ai toujours eu un faible pour ce genre de personne gauche qui galère avec le civisme. Sûrement car je m’y retrouve. Beaucoup de ses mimiques impassibles mon fait rire. C’est justement son manque de réaction constante qui est un plus chez lui.

Lorsqu’il avança pour prendre sa tasse, Nick dit :

-Ce n’est pas normal. Ce n’est pas ce que j’ai commandé.

-Non, mais tu l’aimeras mieux ainsi, dit fermement Pat.

Puis il ajouta :

-Est-ce que tu me suis ?

-Oui, dit Nick, aussi fade que possible.

Quant à Pat, lui, c’est le personnage coloré qui met l’ambiance par ses remarques dérisoires, son franc parler bien à lui et sa spontanéité.

Son père avait raison, il ne pouvait plus être le leader des Allumeurs, peu importait la quantité d’huile qu’il étalait sur son ventre à croissant.

Leur relation éclot progressivement. La romance ne s’installe pas vraiment. Mais des scènes chaudes, il y en a.J’ai souris à de très nombreuses reprises grâce à ces deux personnages qu’une rencontre invraisemblable à réuni.

Affinités

Je pense qu’il peut plaire à ceux aimant les histoires très cocasses, les scènes tirant sur le ridicule et ceux ne recherchant pas une véritable intrigue (même pas angoissante, plutôt sérieuse) sur les affrontements de super héros et de super vilains.

Ma note : 10/20

Publicités

2 réflexions sur « Comment sortir avec un super héros quand on est un super vilain ? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.